Jean-Marc Onkelinx - En avant la musique !

  • Rubens à Anvers...!

    Passage obligé à chaque visite à Anvers... la sublime Cathédrale Notre-Dame et ses extraordinaires tableaux de Rubens... et pas seulement, d'ailleurs, tant cette église est un véritable musée, l'un des plus riche en ce qui concerne le baroque flamand. Mon admiration sans borne pour Rubens et pour la formidable rhétorique de ses œuvres n'a d'égale que la perfection de ses compositions, de la représentation du mouvement et de la couleur au service de l'expression. Un art qui dépasse le propos religieux et atteint à l'universel. Souvent, j'ai envie de penser à J.S. Bach ou d'en écouter en observant les tableaux du peintre anversois... même si dans l'art baroque, ils sont éloignés dans le temps et dans l'espace. Leur propos est, à tous les deux, universel!

    2015-07-25 14.08.05.jpg

     

    La coupole de la Cathédrale Notre-Dame d'Anvers 

     

    L'Érection de la croix est un triptyque peint par Pierre Paul Rubens en 1610-1611. Rubens a réalisé cette œuvre après avoir quitté l'Italie pour revenir à Anvers.

    Ce tableau illustre clairement l'influence sur Rubens des artistes de la Renaissance italienne et du baroque tels que Le Caravage, Le Titien et Michel-Ange. Mais cette œuvre donne surtout à Rubens le statut de véritable maître de la peinture flamande de son époque. En outre, le triptyque représente les procédés typiques de la période baroque.

    La composition de Rubens est scindée en trois parties bien distinctes. À gauche, sont représentés un groupe de femmes, ainsi que Madeleine renversée en arrière comme écrasée par la croix et tenant un enfant dans les bras. Au dessus, se trouve Saint Jean et la Vierge. Le panneau de droite laisse entrevoir l’armée romaine avec un officier à sa tête. Enfin, le panneau central révèle la tension entre la multitude d'hommes musclés essayant de soulever la croix et le poids apparemment insupportable du Christ sur la croix.

    Sous le règne de Napoléon Ier, l'empereur emmena la toile à Paris, avec d'ailleurs un autre tableau, La Descente de Croix, et ce n'est qu'en 1815 que les deux peintures de Rubens revinrent à Anvers.

    L2015-07-25 14.07.28.jpg 

    P.P. Rubens, L'Érection de la Croix, 1610-11.

     

    L'Assomption de la Vierge ou L'Assomption de la Sainte-Vierge, est un tableau du peintre flamand Pierre Paul Rubens, achevée en 1626 et destinée à être le chef-d’œuvre de l'autel de la Cathédrale Notre-Dame à Anvers où il est conservé aujourd'hui encore.

    En 1611, la Cathédrale Notre-Dame avait ouvert un concours pour la réalisation de son autel de l'Assomption. Rubens proposa différentes esquisses au clergé le 16 février 1618 mais ce n'est finalement qu'en septembre 1626, 15 ans plus tard, qu'il termina le tableau.

     

    Dans la représentation que fait Rubens de l'assomption de Marie, une chorale d'anges la soulève dans un mouvement de spirale vers l'éclat de lumière divine. Autour de sa tombe sont réunis les douze apôtres, certains levant leurs bras en signe de crainte, d'autres parvenant à toucher son linceul. Les trois femmes que l'on aperçoit sous la Vierge sont, semble-t-il, Marie Madeleine et les deux sœurs de la Vierge Marie. Une femme agenouillée tient une fleur, en référence aux Lys blancs qui remplissaient miraculeusement le cercueil vide.

     

     

     

     

    2015-07-25 14.16.15.jpg

     

    P.P. Rubens, L'Assomption de Marie, 1626.

     

    La Descente de Croix est la partie centrale d'un triptyque peint par l'artiste flamand Pierre Paul Rubens entre 1616 et 1617. Cette peinture est le second plus grand chef-d'œuvre que Rubens a réalisé pour la cathédrale Notre-Dame d'Anvers en Belgique, à côté de l'Érection de la croix. Ce tableau lui fut commandé le 7 septembre 1611 par la Confrérie des arquebusiers dont le saint patron est saint Christophe.

    Les trois éléments du triptyque décrivent successivement la visitation de la Vierge Marie, la descente de croix et la présentation de Jésus au Temple.

    Bien que réalisé dans un style essentiellement baroque, cette huile sur toile est étroitement liée à la tradition vénitienne et probablement influencée par les travaux de Daniele da Volterra, Federico Barocci et Lodovico Cigoli entre autres1. Dans sa composition et l'utilisation de la lumière, le triptyque rappelle aussi la période romaine du Caravage.

    2015-07-25 14.27.00.jpg

     

     

    P.P. Rubens, La Descente de Croix, 1612-14.

     

    2015-07-25 14.26.37.jpg

    2015-07-25 14.25.48.jpg

     

    2015-07-25 13.55.24.jpg

     

    Lien permanent Catégories : Arts 0 commentaire