Jean-Marc Onkelinx - En avant la musique !

  • Une maison bleue…

     

    Les polémiques qui ont tourné la semaine dernière autour du prêt non autorisé par la ministre en charge de la culture du célèbre tableau La maison bleue (1920) de Marc Chagall (1887-1985) par les autorités liégeoises ont mis en évidence les dangers de déplacements intempestifs d’œuvres d’art. Si on peut comprendre qu’un règlement strict soit applicable à ces prêts, ils ne doivent toucher qu’aux questions de sécurité et d’assurance et, bien sûr, de l’état de fragilité de l’œuvre dont on ne peut absolument pas risquer de compromettre l’intégrité. Au-delà de ces débats, il me semble absolument normal que les œuvres majeures de l’Histoire de l’Art puissent être diffusées et montrées à un maximum de monde… d’autant que La maison bleue est une pièce essentielle dans l’œuvre de Chagall et que son histoire, qui l’a conduite dans les formidables collections du Musées des Beaux-Arts de Liège, La Boverie, témoigne d’un aspect bien sombre de la perception et de la politique artistique du 20ème siècle.

    chagall,la maison bleue,maxime le forestier,peinture,art dégénéré,nazis,liège,coteaux,maison bleue,disquaire,chanson

    C’est peut-être plus cette histoire de l’œuvre et son sujet qu’il fallait développer pour bien faire comprendre l’importance du chef-d'oeuvre et donc le danger de le compromettre. Elle fait partie de cet horrible concept énoncé par les nazis l’Art dégénéré. Comme de nombreuses œuvres d’artistes juifs et d’avant-gardistes, toutes disciplines confondues, La Maison bleue de Chagall a fait les frais de l’intolérable obsession des nazis à déterminer la pureté de la race et à procéder à une élimination hygiéniste et raciale des œuvres « dégénérées » qui trônaient dans les musées d’Allemagne.

    chagall,la maison bleue,maxime le forestier,peinture,art dégénéré,nazis,liège,coteaux,maison bleue,disquaire,chanson

    Si la propagande dénonçait cet art indigne et inférieur, les spécialistes de l’art en Allemagne nazie savaient pourtant la valeur des œuvres et le profit qu’ils pourraient en retirer pour le financement de la guerre. Ils firent donc une large sélection des œuvres qui ne répondaient pas à leurs critères et en détruisirent une bonne partie d’abord. Ils décidèrent ensuite d’organiser une grande vente des « meilleures œuvres dégénérées »… on n’est pas à un paradoxe près...!

    chagall,la maison bleue,maxime le forestier,peinture,art dégénéré,nazis,liège,coteaux,maison bleue,disquaire,chanson

    La vente eut lieu à Lucerne, en Suisse, le 30 juin 1939. Moralement, elle fut vite controversée étant donné qu’y participer était, pour les responsables politiques et culturels des différents pays, une manière de cautionner l’horrible marché et contribuer aux moyens financiers allemands qui aideraient Hitler à mener sa guerre contre le monde entier. Dilemme terrible. Sauver les œuvres ou risquer leur disparition définitive. Le parti pris des autorités liégeoises fut, on le sait, de participer à la vente.

    Ils parvinrent à acquérir neuf tableaux majeurs, aujourd’hui reconnus comme patrimoine de l’Humanité. Si la vente des tableaux à Lucerne fut un énorme succès, c’est aussi, comme le suggère Dominique Dauby, dans avant-propos au catalogue de l’exposition de la Cité-Miroir à Liège qui s’est tenue en 2014 et 2015, le signe d’une reconnaissance ultime pour ces artistes conspués par le régime nazi et, finalement, un véritable acte résistance face à la folie iconoclaste des tyrannies et des dictatures. Les œuvres de Chagall, Picasso, Ensor, Kokoschka, Corinth, Gauguin et bien d’autres en deviennent les symboles. Il nous faut donc, loin des polémiques, remercier les autorités locales qui ont pu sauver ces œuvres en investissant des sommes importantes et en les mettant à la disposition de chacun dans les musées… un bel exemple d’une politique culturelle efficace !

    Au-delà de cet aspect purement sanitaire et politique, La Maison bleue de Marc Chagall témoigne d’un grand moment pictural de l’Histoire de l’Art. J’emprunte ici l’excellente notice rédigée par Françoise Dumont et Nicolas Swyns au catalogue de l’exposition citée ci-dessus.

    chagall,la maison bleue,maxime le forestier,peinture,art dégénéré,nazis,liège,coteaux,maison bleue,disquaire,chanson

    « Après une dispute avec Malevitch et Lissitzky et sa démission de l’Académie des Beaux-Arts de Vitebsk, Chagall quitte pour toujours sa ville natale et s’exile à Berlin puis à Paris. Comme un adieu pictural poignant, la ville est représentée dominant les eaux de la Dvina de ses flèches bulbeuses sous un ciel hivernal. La construction de rondins à l’avant-plan, d’un bleu profond, semble instable, à peine soutenue par un mur de briques prêt à s’écrouler. Cette petite maison (datcha ou isba) évoque sans doute, dans le vocabulaire symbolique particulièrement riche de l’artiste, les petites habitations que sa mère louaient régulièrement pour subvenir au besoin de sa famille.

    Chagall a retenu les leçons du cubisme : les champs stylisés, les maisons et le chalet sont autant d’éléments témoignant de cette influence sur l’artiste qui a désormais développé un style bien personnel.

    La composition est sereine, truffée de détails pittoresques, tel le personnage discret dans l’embrasure de la porte, ou encore le cochon à l’avant-plan. Les couleurs franches et irréelles de l’artiste procurent un caractère onirique à ce paysage et dégage une impression de calme et d’harmonie. Elle s’oppose en cela à La Maison grise en 1917 (Musée Thyssen-Bornemisza à Madrid, NdA), traduisant une forte tension intérieure. La représentation semble tourmentée, particulièrement par le dynamisme d’un ciel mouvementé, une palissage aveugle occupant preque toute la composition et par une palette terne et sombre, presque inquiétante.

    Toute sa vie, Chagall reste fidèle à sa ville natale, prêtant son cadre à bon nombre de ses peintures, telles Le Mort en 1908, Au-dessus de Vitebsk en 1914, ou encore La Pendule à l’aile bleue, en 1949, dont les toits aménagés rappelle étrangement ceux des petites maisons russes des premières toiles. La Maison bleue reste néanmoins considérée comme l’un de ses principaux chefs-d’œuvre ».

    chagall,la maison bleue,maxime le forestier,peinture,art dégénéré,nazis,liège,coteaux,maison bleue,disquaire,chanson

    La Maison grise

    chagall,la maison bleue,maxime le forestier,peinture,art dégénéré,nazis,liège,coteaux,maison bleue,disquaire,chanson

    Le Mort

    chagall,la maison bleue,maxime le forestier,peinture,art dégénéré,nazis,liège,coteaux,maison bleue,disquaire,chanson

    La Pendue à l'aile bleue

    Ajoutons quelques éléments supplémentaire significatifs, je crois : L’œuvre est construite en plans et en deux parties. Au premier plan, à droite de la toile, une est accrochée à colline. Par sa profonde couleur qui nous la rend accueillante et sa position qui surplombe la campagne, elle capte le regard immédiatement avant de le conduire vers le fond du paysage.
    Un autre personnage se trouve sur le chemin tout près de la rivière. Il semble nous faire signe. il pourrait y en avoir un troisième derrière la fenêtre de la maison bleue. On croit en effet distinguer une tête blonde…

    chagall,la maison bleue,maxime le forestier,peinture,art dégénéré,nazis,liège,coteaux,maison bleue,disquaire,chanson

    Selon certains historiens de l’art, le tableau porte aussi un propos plus humaniste et politique. Deux mondes, le riche et le pauvre, celui qui est fermé sur lui-même (le riche) et celui qui, au contraire s’ouvre sur le paysage, celui de la pauvre maison. La dualité entre l’isolé et le regroupé, entre la campagne et la ville, complètent ce sentiment de séparation dont la rivière constitue la frontière. En 1920, quand il peint cette toile, Marc Chagall est en pleine possession de ses moyens et a assimilé le cubisme, comme indiqué dans la notice ci-dessus, mais parvient aussi à une déstructuralisation et à un certain fauvisme dans le génial usage des couleurs.

    La Maison bleue est un tableau qui m’a toujours fait rêver, comme bon nombre des œuvres de Chagall. Le rêve est fondamental pour l’homme et il est source de nombreuses émotions. Si le tableau est détendu, il me procure, mais cela n’engage que moi, un sentiment de mélancolie, une douce forme de tristesse, de nostalgie que je ressens également dans la célèbre chanson de Maxime Leforestier qui ne traite pourtant pas du même endroit… mais d’un esprit, d’une saveur humaine incomparable :

     

    C'est une maison bleue
    Adossée à la colline
    On y vient à pied, on ne frappe pas
    Ceux qui vivent là, ont jeté la clé
    On se retrouve ensemble
    Après des années de route
    Et l'on vient s'asseoir autour du repas
    Tout le monde est là, à cinq heures du soir
    San Francisco s'embrume
    San Francisco s'allume
    San Francisco, où êtes vous
    Liza et Luc, Sylvia, attendez-moi

    Nageant dans le brouillard
    Enlacés, roulant dans l'herbe
    On écoutera Tom à la guitare
    Phil à la kena, jusqu'à la nuit noire
    Un autre arrivera
    Pour nous dire des nouvelles
    D'un qui reviendra dans un an ou deux
    Puisqu'il est heureux, on s'endormira
    San Francisco se lève
    San Francisco se lève
    San Francisco ! où êtes vous
    Liza et Luc, Sylvia, attendez-moi

    C'est une maison bleue
    Accrochée à ma mémoire
    On y vient à pied, on ne frappe pas
    Ceux qui vivent là, ont jeté la clef
    Peuplée de cheveux longs
    De grands lits et de musique
    Peuplée de lumière, et peuplée de fous
    Elle sera dernière à rester debout
    Si San Francisco s'effondre
    Si San Francisco s'effondre
    San Francisco ! Où êtes vous
    Liza et Luc, Sylvia, attendez-moi

     

     

    … Et puis, il se pourrait bien que la maison bleue fasse partie de mes plus anciens souvenirs artistiques et musicaux. Les mélomanes liégeois qui on plus de 50 ans doivent sans doute se souvenir de La Maison bleue, mon premier disquaire, qui se trouvait dans la rue Pont d’Avroy… mes parents m’y ont acheté mes premiers Vinyles… et avec eux, mes premières émotions musicales… Nostalgie, oui !

    chagall,la maison bleue,maxime le forestier,peinture,art dégénéré,nazis,liège,coteaux,maison bleue,disquaire,chanson

    Et puis lors de mes nombreuses promenades dans le coteaux de la Citadelle, là, au loin sur la colline, près des terrils de Herstal, on distingue une minuscule maison bleue accrochée à la colline ! Elle est nettement moins belle que celle de Chagall et moins poétique que celle de Le Forestier, mais peu importe! Les émotions, vous l’avez compris, c’est ce qui permet de rassembler l’improbable, Chagall, Le Forestier, un ancien commerce liégeois et une image familière et mystérieuse. Quel pouvoir et quelle magie ! Tout cela nous permet, si on le veut bien, de nous « souvenir avec émotion » comme disait Voltaire… pour une meilleure connaissance de nous-mêmes…!

    Lien permanent Catégories : Arts, Correspondances 0 commentaire