Comptines…

Outre la réputation magnifique que s’est forgée l’Orchestre philharmonique royal de Liège au cours des dernières décennies par la qualité de ses interprétations du grand répertoire, par ses commandes d’œuvres nouvelles, par ses tournées et par son abondante discographie, la phalange liégeoise mise également sur la pédagogie et l’éducation des plus jeunes à la musique. Les concerts en famille, les séances scolaires et les collaborations désormais légendaires avec les Jeunesses musicales comme la série de représentations « L’orchestre à la portée des enfants » sont une passerelle formidable pour faire découvrir le monde de la musique aux enfants… pour le plus grand bonheur de tous !

 

oprl,orw,comptine,véronique tollet,marie-caroline lefin,jean-pierre haeck,marie vanderbemden,cd,enfants,chansons,orchestre,musique classique

C’est aussi dans ce cadre que vient de paraître un objet particulièrement attachant, amusant, utile et pédagogique… un livre-cd intitulé « Comptines, l’orchestre raconte ». À l’initiative de l’OPRL et de sa chargée de l’action culturelle et pédagogique Marie-Caroline Lefin, la publication est le résultat d’un projet pédagogique Au pays des comptines qui fut créé en 2015 et a rassemblé plus de 2500 enfants de 5 à 11 ans de tous les milieux sociaux dans la Salle Philharmonique de Liège. Poursuivre cet immense succès par la publication d’un enregistrement de quelques unes des comptines les plus populaires était logique et répondait à un vrai besoin.

oprl,orw,comptine,véronique tollet,marie-caroline lefin,jean-pierre haeck,marie vanderbemden,cd,enfants,chansons,orchestre,musique classique

Projet transversal, il ne s’agissait pas, évidemment, de simplement enregistrer quelques chansons. Les bacs des disquaires et les sites de téléchargement regorgent de la littérature musicale enfantine. Un cd de plus n’aurait rien apporté, ni à l’orchestre, ni aux enfants. L’objet est donc multi-sensoriel et associe de merveilleuses illustrations de la liégeoise Marie Vanderbemden qui sont à la fois tendres, attachantes, rigolotes et superbement mises en page. Chaque comptine est ainsi illustrée de manière à associer le texte à l’image et à l’histoire.

oprl,orw,comptine,véronique tollet,marie-caroline lefin,jean-pierre haeck,marie vanderbemden,cd,enfants,chansons,orchestre,musique classique

Marie Vanderbemden

Deux personnages nous accompagnent dans chaque historiette et trouvent naturellement leur place au sein des pages du livre. Chaque texte est ainsi reproduit… beaucoup de comptines sont connues, mais leur texte exact est souvent enfoui dans notre mémoire. La mélodie est également écrite sous forme de portées simples et accessibles. Elles permettent de suivre et de se familiariser un peu avec l’écriture musicale.

oprl,orw,comptine,véronique tollet,marie-caroline lefin,jean-pierre haeck,marie vanderbemden,cd,enfants,chansons,orchestre,musique classique

Illustration de Marie Vanderbemden pour Malbrough s'en va-t'en guerre

On connaît de longue date l’aspect ludique et formateur des chansons enfantines. Si le mot « comptine » vient du verbe « compter », c’est parce qu’il semble que le premier usage soit lié à l’apprentissage des chiffres. Compter de manière ludique a déclenché l’imagination et si la tradition orale joue un rôle fondamental dans l’histoire des comptines, des auteurs tels que Clément Marot, Victor Hugo, Alphonse de Lamartine ainsi que de nombreux autres se sont essayés au genre. S’accompagnant souvent de jeux de mains, de balancements et de mouvements divers, elles fixent, par la répétition de formules simples et élémentaires, des connaissances de base sur la gestion du temps, des hauteurs sonores, sur le rythme et la pulsation. Cet aspect rythmique est d’ailleurs fondamental puisqu’il permet de scander les mots. La mélodie qui, au départ, les soutient (comme dans le cas d’Une souris verte ou d’Une Poule sur un mur,…) est souvent très simple proposant des allers-retours d’intervalles comme la seconde, proche des inflexions du langage, la tierce, la quarte ou la quinte… qui développent le sentiment modal ou tonal. 

Mais le jeu de la comptine est aussi d’associer les mots étranges, inventés ou bizarres, onomatopées et autres procédés s’intercalant de manière comique dans la narration d’un récit d’apparence simple, où l’anthropomorphisme joue un rôle fondamental, symbolique et archétypal que l’enfant ne saisit d’abord qu’au premier degré, puis, au cours de son évolution, qu’il découvre dans une profondeur insoupçonnée… 

Le rôle des comptines, plus ou moins évoluées (le cd regroupe non seulement des comptines, mais aussi de véritables chansons populaires qui s’en démarquent grandement par leur structure plus élaborée), servent à rassurer par la pratique du chant, mais sont aussi un fameux vecteur affectif et culturel qui aide à grandir en prenant progressivement conscience du monde, en s’intégrant socialement au groupe d’individus (la comptine est faite pour être chantée à plusieurs) et en développant l’aspect multiforme de la mémoire… bref, la comptine est assurément d’utilité publique.

oprl,orw,comptine,véronique tollet,marie-caroline lefin,jean-pierre haeck,marie vanderbemden,cd,enfants,chansons,orchestre,musique classique

 

Il n’est guère surprenant, dans ces conditions que les comptines soient aussi vieilles que l’Homme et qu’elles se retrouvent très vite au cœur des récits et de l’éducation. Si on trouve des traces de berceuses, de jeu de devinettes dès l’Antiquité, le premier recueil de comptines daterait de 1744 où, en Angleterre, on ait ressenti l’envie de rendre compte de manière littéraire de cette tradition orale. Depuis, à travers le monde, se trouvent des recueils de ces chants qui forment, finalement un véritable terroir… même si, et c’est là l’essentiel, les mêmes procédés se retrouvent dans chaque civilisation. Ce n’est cependant qu’en 1922 que le mot apparaît pour la première fois en France dans le dictionnaire : formule récitée dérivée du verbe compter. Puis, en 1931, Le Manuel général de l’Instruction publique invite les enseignants à collecter les chansons gardées en mémoire par enfants, parents, grands-parents.

 

oprl,orw,comptine,véronique tollet,marie-caroline lefin,jean-pierre haeck,marie vanderbemden,cd,enfants,chansons,orchestre,musique classique

Jean-Pierre Haeck

Les 11 comptines enregistrées se présentent d’une manière à mon sens inouï. L’Orchestre a demandé au chef d’orchestre et compositeur bien connu à Liège, Jean-Pierre Haeck, d’orchestrer les comptines de manière symphonique… ce qu’il a réalisé avec un véritable brio… teinté d’un humour et d’un esprit absolument unique. Dans ses orchestrations chatoyantes, le maestro a dissimulé de grands thèmes de la musique classique qui par leur mélodie, leur rythme ou leur parcours harmonique se rapprochent de la comptine. Celle-ci n’en est nullement dénaturée et montre, au contraire, que la musique fonctionne aussi avec des archétypes et que, finalement, tout est dans tout ! Si les enfants les plus jeunes ne reconnaissent pas le classique qui parfois se cache derrière la comptine, le mélomane, lui n’hésite pas un instant. L’enregistrement devient alors un jeu tant pour l’enfant que le parent ou l’enseignant qui l’écoute avec lui. Cela permet alors toutes les passerelles vers les œuvres classiques évoquées. 

C’est ainsi qu’on reconnaît, par exemple et avec étonnement, la proximité du thème principal de la Moldau de B. Smetana avec « Il était une bergère ». J’ai d’ailleurs déjà évoqué, lors d’autres billets, ces filiations essentielles entre les musiques et cette mélodie si célèbre du compositeur tchèque qui s’apparente à une chanson flamande qui elle-même se ramifie à… tout est dans tout, disais-je. Sans être systématiques, ces clins d’œil rendent l’objet attractif pour tous et permettent d’exploiter de nouvelles pistes pédagogiques.

oprl,orw,comptine,véronique tollet,marie-caroline lefin,jean-pierre haeck,marie vanderbemden,cd,enfants,chansons,orchestre,musique classique

Maîtrise de l'ORW dirigé par Véronique Tollet


Mais ce n’est pas tout ! Pour trois comptines, l’Orchestre s’associe à la superbe Maîtrise de l’Opéra royal de Wallonie. Dirigée par l’art efficace et bienveillant de Véronique Tollet, la Maîtrise brille régulièrement sur la scène de l’Opéra, mais participe aussi à de nombreuses productions où le chœur d’enfants est nécessaire. Formidables dans la justesse de ton, dans l’unité et leur mise en place, ces trois comptines offrent une vraie joie du chant et un plus incontestable que l’on peut alors, toute proportion gardée, pratiquer en famille. En supplément des 11 berceuses, les trois chantées par les enfants sont complétées d’une version Karaoké… on sent qu’on va chanter dans les chaumières… pour le bonheur de tous.

 

 

Vous l’avez compris, cette nouvelle publication de l’Orchestre philharmonique royal de Liège en collaboration avec l’Opéra royal de Wallonie, soutenue par la Province de Liège et la S.A. Emphi dépasse le simple produit commercial. C’est un véritable puits de joie, d’éducation, de culture et de transversalités… à consommer sans modération… et par tous les temps ! 

Disponible sur le site de l’OPRL et chez Visé Musique !

 

 

 

 

Lien permanent Catégories : J'ai aimé..., Musique 0 commentaire

Écrire un commentaire

Optionnel