Sourions un peu! - Page 3

  • Rions un peu...!

     

     

    Sourions un peu en cette fin d'année! Et le métier de musicien n’échappe pas à l’humour décapant des blagues spécialisées qui circulent dans tous les milieux professionnels. Ainsi, en fréquentant les musiciens d’orchestre, on apprend beaucoup sur un métier particulier et rempli de mystères pour le public. Mais une des premières constatations, c’est que le musicien aime bien rire de lui-même ou…de ses collègues.

     


     

    orchestre02


     

    Voici, en guise de divertissement quelques blagues amusantes qui permettent de relativiser le côté sérieux de la musique dite classique.

     

    Les chefs d’orchestre d’abord :

    « Furtwängler et Toscanini discutent :

    -          Je suis le meilleur chef d’orchestre du monde, dit Toscanini.

    -          Impossible, répond Furtwängler, je reçois ma musique directement de Dieu !

    Sur ce, arrive Karajan :

    -          On parle de moi ? »


     

    karajan


     

    Les trombonistes jouent souvent bien fort. Un chef invité arrive le lundi matin à la première répétition, salue l’orchestre et lève la main pour indiquer qu’ils vont commencer. Dans le silence général, il baisse la main et dit : « Moins fort les trombones ! »

     

    Une variante de celle-ci : Le même chef d’orchestre interrompt la répétition pour faire la même remarque au trombone. Ses collègues trompettistes font remarquer que le tromboniste est absent. Le chef répond alors : « Vous le lui direz quand il reviendra ! »


     

    Trombones


     

    Un nouveau chef d’orchestre débarque dans une petite ville de province :

    -          Vous n’êtes que des incapables, des musiciens ratés ! Heureusement que moi, j’ai l’oreille musicale, cela compensera peut-être… !

    Il en résulte un brouhaha dans les rangs de l’orchestre et pour se faire entendre, le percussionniste fait claquer ses cymbales.

    -          Qui a fait cela ? hurle le chef d’orchestre.

     

    C’est un flûtiste qui à chaque répétition doit s’interrompre pour tourner la page de sa partition. Il engage donc quelqu’un pour la tourner. Le soir du concert, le moment fatidique arrive et l’assistant tourne la page comme prévu. Cependant, le flûtiste s’arrête et dit :

    -          Merci !


     

    Flûte


     

    Un très médiocre pianiste explique à un journaliste :

    -          Dans notre langage de musiciens, nous appelons une fausse note un pain

    L’autre répond :

    -          Vous devriez songer à ouvrir une boulangerie !


     

    Pianiste humour


     

    Une petite fille rentre à la maison et son père lui dit que si elle apprend bien son alto, il lui donnera 10 euros. Alors elle répond :

    -          Le voisin m’a déjà donné 20 euros pour que je ne joue pas aujourd’hui !

     

    Et toujours sur les altistes, une question pour les connaisseurs :

    Question : Comment définit-on la seconde mineure ?

    Réponse : Avec deux altistes solos à l’unisson…

     

    « Hep les gars, vous avez vu Monteverdi ?

    -          Non, on n’a vu monter personne ! »

     

    Question : Où habite un musicien ?

    Réponse : Dans son domicile adoré avec un sol facile à cirer (do mi si la do ré/ sol fa si la si ré).

     

    Et pour finir, une histoire de basson.

     

    Un jeune bassoniste très prometteur devient soliste d’un grand orchestre. Il se fait un nom en interprétant de façon merveilleuse la partie soliste d’une symphonie mettant particulièrement en valeur son instrument, toujours la même. Il en va ainsi pendant de longues années.

     

    Sur la partition, il y a une annotation étrange à la mesure 154 « baisser la tête ». Il ne cherche pas à comprendre le pourquoi du comment, et baisse la tête chaque fois tout au long de sa carrière.

     

    Puis, un jour, il décide de prendre sa retraite. Il donne un dernier concert avec l’orchestre dans lequel il a toujours joué, l’œuvre centrale étant, évidemment, la symphonie en question. Et comme c’est la dernière fois, il décide de ne pas suivre tout à fait la partition : cette fois, il ne baissera pas la tête.

     

    Le soir du concert, le public est nombreux et tout se passe à merveille jusqu’à la fameuse mesure 154. Là, fier et droit au beau milieu de l’orchestre, le bassoniste tient fermement son engagement, il ne baisse pas la tête...

     

    … et Pan !

     

    Il se prend un grand coup de coulisse de trombone sur la tête !


    Orchestre

     

    Bonne année 2015 à tous!

    Lien permanent Catégories : Musique, Sourions un peu! 1 commentaire