oprl - Page 3

  • 600.557

     

    C’est un événement exceptionnel qui s’est passé hier soir à la Salle philharmonique de Liège. Le personnel et la direction de l’Orchestre philharmonique royal de Liège avait mis les petits plats dans les grands pour offrir aux mélomanes qui avaient répondu présent lors de l’opération « 100 000 euros pour un piano », initiée par l'ancien directeur Jean-Pierre Rousseau et menée à bien par le nouveau Daniel Weissmann. Une belle soirée d’inauguration du nouveau piano de la salle. D’emblée, le directeur général de l’OPRL, le déclare : l’enthousiasme du public fidèle, le sponsoring d’entreprises et divers donateurs ont permis de réaliser cette action presque sans argent public, si ce n’est la contribution de la Province de Liège.

     

    piano,salle philharmonique,steinway and sons,oprl,peter petrov,daniel weissmann,liège,piano

    Je remercie vivement Robert Coheur (OPRL) pour ces photos

    L’exploit est de taille et l’achat a pu se faire plus vite que prévu grâce à la vente de l’ancien piano et la générosité d’une donatrice privée. Cependant, ce sont les Amis de l'Orchestre, il faut le souligner, qui sont les principaux mécènes de l'opération. Leur président, Guy Delville le souligne lors de son intervention sur scène: depuis la création de l'association, les Amis ont toujours contribué à l'amélioration des infrastructures, à la rénovation et à l'achat d'instruments pour la phalange liégeoise. Rien, en effet, n'aurait été possible sans leur intervention. 

    Daniel Weissmann nous raconte, en entrée de soirée, le voyage à Hambourg, chez Steinway & Sons en juillet dernier en compagnie de Robert Coheur et du formidable pianiste Nelson Goerner. Ce dernier, jouant pendant des heures sur plusieurs pianos, tous les répertoires possibles, fut manifestement un acteur essentiel de la décision finale. Si le choix fut difficile, il fut néanmoins porté sur le modèle D-274 (le chiffre désignant la longueur de l’instrument en centimètres) dont le numéro de série est 600.557. Un magnifique piano désormais sur la scène de notre salle pour la plus grande joie des mélomanes et, évidemment, des pianistes. 

     

    piano,salle philharmonique,steinway and sons,oprl,peter petrov,daniel weissmann,liège,piano

    Peter Petrov

     

     

    C’est Peter Petrov qui a l’honneur de nous montrer toutes les possibilités expressives du nouvel instrument. Je rougis de fierté, pensant qu’il y a quinze jours, Peter donnait un récital à 4 mains avec sa compagne Darina… sur notre nouveau piano, certes moins prestigieux, à l’U3A. Le talent de Peter n’est plus à démontrer et le choix des pièces est judicieux puisqu’il nous offre montre à la fois l’égalité absolue de l’instrument, ses timbres les plus subtils, sa force dynamique exceptionnelle et ses basses profondes et généreuses. Au programme, Rachmaninov et Chopin, deux compositeurs qui figurent parmi ceux qui ont le mieux mis en évidence les diverses qualité de cet instrument. 

     

    Durant son récital, je ne peux m’empêcher d’admirer l’extraordinaire efficacité des ingénieurs de chez Steinway & Sons. Quelle merveille qu’une mécanique qui vous permet d’oublier le piano en tant qu’instrument et qui vous ouvre les portes de la musique pure… mais je sais aussi que le pianiste y est aussi pour beaucoup. Je m’imagine moi-même sur ce piano… et me dis que la plus belle mécanique n’est rien sans le talent. Je savoure le deuxième Scherzo en si bémol mineur comme un moment vraiment privilégié où toutes les subtilités de l’instrument irradient la salle comme dans un rêve.

     

    piano,salle philharmonique,steinway and sons,oprl,peter petrov,daniel weissmann,liège,piano

    Olivier Giot, Peter Petrov et Daniel Weissmann

     

     

    Puis, le programme annonce le Trio « des Quilles » de Mozart. Superbe pièce… pourtant ne se trouvent annoncés que deux musiciens. On sait que cette magnifique pièce donnera la part belle à la clarté du piano mozartien. On connaît très bien aussi le violoniste, Olivier Giot, premier soliste et chef de pupitre des premiers violons à l’OPRL. Mais le programme ne nous dit pas si ce sera une clarinette ou un alto… les deux versions étant possibles pour cette œuvre. La surprise est de taille…

     

    piano,salle philharmonique,steinway and sons,oprl,peter petrov,daniel weissmann,liège,piano

     

     

    J’ai cru un instant que notre merveilleux Jean-Luc Votano allait s’y coller avec son enthousiasme légendaire… mais c’était un alto qui montait sur scène et pas n’importe lequel puisqu’il s’agissait de Daniel Weissmann lui-même, violoniste et altiste avant de devenir le directeur qu’on connaît. Surprise magnifique, et symbole remarquable ! Le directeur prend l’instrument, montre sa passion de la musique en jouant la partie d’alto pourtant difficile… car c’est lui qui a la délicate mission d’énoncer le premier thème de la pièce et qui occupe une place égale au violon et au piano. Moment privilégié ou le directeur, ce gestionnaire qu’on apprend à connaître, se révèle aussi un musicien qui ose monter sur la scène pour jouer et nous montrer sa passion pour la musique. Le public est conquis, la soirée est réussie… les meilleurs pianistes se succéderont désormais sur cet instrument, symbole de la santé de la musique à Liège, un signe qui a beaucoup d’importance à une époque où la culture vit des jours difficiles, et qui contribuera, j’en suis sûr, à la réputation de notre superbe orchestre et de sa salle. Un peu de fierté liégeoise ne fait jamais de tort !

     

    Lien permanent Catégories : Actualité, Musiciens de chez nous, Musique 2 commentaires