automobile

  • Nids de poule

    Il n’aura échappé à personne que nos routes, au sortir de l’hiver (et pas seulement d'ailleurs!), sont dans un état déplorable, catastrophique même. Le danger est bien là pour les automobilistes et les motards. Je me déplaçe beaucoup ces derniers temps pour aller donner des conférences aux quatre coins de la Belgique... j'adore cela. Aujourd'hui, par exemple, je me rends à Courtrai pour donner trois conférences sur la journée... que du bonheur! Sauf que la météo et surtout l'état des routes sont toujours préoccupants! Jeudi dernier, par exemple, le me rendais à Charleroi, par l’autoroute de Namur, lorsqu’un automobiliste, sans doute surpris par l'averse de grelons (si!si!), a failli perdre le contrôle de son véhicule dans un des ces fameux nids de poule qui font souvent l’actualité des médias.

    Pour les usagers qui observent la situation in situ, vu le nombre et la profondeur de ces trous, on se demande bien comment les autorités vont s’y prendre pour réparer toutes ces voies de circulation automobile dans des délais raisonnables sans paralyser le pays. Car aucune région n’est épargnée par ces dégâts. La question du financement, du temps et de la main d’œuvre, du blocage des voies en travaux sont autant d’aspect que je me garderai bien d’aborder ici. On imagine que tout cela ne sera pas résolu du jour au lendemain... Les gouffres financiers que représente l'entretien de nos voies carossables retardent parfois la réalisation des travaux. Mais souvent, c'est le climat qui empêche les ouvriers de travailler normalement, les entrepreneurs du domaine de la construction ne le savent que trop... il suffit, par ailleurs, d'observer le temps d'immobilité et d'arrêt de certains chantiers pour renoncer aux illusions... d'une amélioration rapide!

     

    Routes nids de poule


    Mais l’une des conséquences que devraient avoir ces routes en piteux états, c’est un ralentissement de la vitesse des voitures. Les automobilistes qui tiennent à ne pas devoir faire réparer leur suspension tous les 1000 km devraient, en toute logique, rouler moins vite. C’est pourtant le contraire que j’ai plusieurs fois observé ces derniers temps. Au mépris de la sécurité, certains suicidaires et assassins potentiels, foncent à travers tout, quoi qu’il arrive. Qu’il neige, vente, pleuve ou que la route soit dangereuse, ils n’en ont cure. Moi d’abord semblent-ils dire en faisant des appels de phares aux conducteurs plus prudents qui dépassent les camions sans enfreindre les limitations de vitesse.

     

    routes canadiennes 1

    Au Canada, je sais que de nombreux lecteurs de ce blog vivent là-bas, j’en profite pour les saluer chaleureusement, on semble avoir trouvé une bonne solution pour parvenir à ralentir les chauffards. … Et ce sont les nids de poule qui y parviennent. 

    D’énormes trous dans la chaussée obligent, au risque d’un accident certain, l’automobiliste à adopter une conduite plus légère. Mais, me direz-vous, on ne répare donc jamais ? Pas besoin, car, en fait, ce n’en sont pas. Ce sont des autocollants qui simulent le trou fatidique. Il suffit donc de les décoller de la route en parfait état pour les replacer sur un autre tronçon. Cette dissuasion efficace imaginée par la sécurité routière ne coûte rien et semble efficace, car au vu de cette photo, qui serait capable de repérer le vrai nid de poule du faux ?


    routes canadiennes03

    Mais à tous ceux qui se plaignent de l’état des routes, je dirai simplement que les nids de poule ne sont plus ce qu’ils étaient. Ainsi cette photo ancienne qui témoigne qu’avant les poules, c’étaient sans doute les dinosaures qui faisaient leurs nids sur nos routes. Qui a dit que nos voies de circulation étaient impraticables ?

    routes anciennes nids de poule

    Lien permanent Catégories : Actualité 0 commentaire