charlotte van passen

  • Les voix intimes et les Cuivres graves (Festival J+3)

     

    Non, il ne s’agit pas d’une nouvelle fable de Jean de Lafontaine, mais de la troisième journée du Festival Voyages d’été ! Notre premier concert de la journée se voulait intimiste. La soprano liégeoise bien connue Sabine Conzen, fraîchement désignée professeur au Conservatoire royal de Liège et la formidable pianiste Anne-Michèle Schaack, professeur dans la même école, nous proposaient une heure de romantisme pur. Au programme, les Frauenliebe und Leben de Robert Schumann et les fameux Cinq Rückert-Lieder de Gustav Mahler.

    sabine conzen,anne-michèle schaack,soprano,piano,open slide,trombone,alain pire,charlotte van passen,thierry istas,clément moneau,nicolas villers,tuba,cuivres graves du conservatoire royal de liège,u3a,festival,voyages d'été 2016

    Toutes les photographies sont d'A. Mafit... Merci!

    Superbe complicité entre nos deux musiciennes qui avaient travaillé ensemble pour la première fois à l’occasion de ce concert ! Bien qu’annoncée un peu enrhumée, personne ne s’est aperçu d’une quelconque faiblesse. Sabine Conzen possède un sens inouï de la phrase qu’elle conduit toujours avec sûreté et ponctue avec une formidable justesse.

    sabine conzen,anne-michèle schaack,soprano,piano,open slide,trombone,alain pire,charlotte van passen,thierry istas,clément moneau,nicolas villers,tuba,cuivres graves du conservatoire royal de liège,u3a,festival,voyages d'été 2016

    Elle déploie une infinité de nuances dans sa dynamique, exprime le mot avec une rhétorique juste qui témoigne de son intelligence du texte poétique et musical et d’une culture générale solide. Je crois profondément qu’une compréhension des subtilités de la musique passe par une assimilation des contextes et esthétiques qui ont vu naître une partition. Et là, nos deux musiciennes sont fabuleuses. Ce ne sont pas seulement les notes qu’elles chantent et jouent, c’est un propos bien plus vaste qui interroge l’être en profondeur. Le silence absolu de la salle pourtant presque comble témoignait de l’intensité du voyage dans lequel les artistes emmenaient les auditeurs.

    sabine conzen,anne-michèle schaack,soprano,piano,open slide,trombone,alain pire,charlotte van passen,thierry istas,clément moneau,nicolas villers,tuba,cuivres graves du conservatoire royal de liège,u3a,festival,voyages d'été 2016

    Anne-Michèle Schaack parvient à être l’orchestre à elle seule dans les Rückert-Lieder. Sa vision d’une infinie nuance nous conduit vers la contemplation de gouffres incroyables. Ce sont sans doute un peu ceux de son âme, mais elle ravive les nôtres avec une force bouleversante et s’accorde avec sa partenaire pour nous offrir deux sommets d’émotion du festival, les incroyables et hallucinés Ich bin der Welt abhanden gekommen et Um Mitternacht.

    sabine conzen,anne-michèle schaack,soprano,piano,open slide,trombone,alain pire,charlotte van passen,thierry istas,clément moneau,nicolas villers,tuba,cuivres graves du conservatoire royal de liège,u3a,festival,voyages d'été 2016

    Le célèbre cycle schumanien, pendant des Dichterliebe et Liederkreis composés en 1840, année de son mariage avec Clara, révèle beaucoup du romantisme de Robert Schumann, mais aussi de ses troubles. Ces pièces sont très graves et évoquent les amours passionnés et déchirés, les souvenirs de bonheur d’autrefois et la profonde mélancolie (Sehnsucht) qui en découle et dont l’unique issue réside dans la mort. Dans les romantiques Frauenliebe, bien au-delà d’un texte profondément ancré dans une vision très 19ème siècle de la condition de la femme, la musique de Schumann transcende chaque poème de A. von Chamisso en une exploration bouleversante des huit situations ou sujets évoqués par l’épouse… avec, en ligne de mire, la terrible et pesante dernière pièce où règne l’immense vide et douleur de la mort.

    sabine conzen,anne-michèle schaack,soprano,piano,open slide,trombone,alain pire,charlotte van passen,thierry istas,clément moneau,nicolas villers,tuba,cuivres graves du conservatoire royal de liège,u3a,festival,voyages d'été 2016

    Un seul mot, nos musiciennes sont parfaites dans cette forme de lied où le piano s’écarte de l’accompagnement pour devenir un véritable révélateur des émotions et des idées. Véritable travail de musique de chambre, les Frauenliebe ne peuvent trouver leur raison d’être que dans l’intime complicité des musiciens qui, tout en restant parfaitement homogènes, doivent pouvoir s’exprimer librement… pari réussi !

    sabine conzen,anne-michèle schaack,soprano,piano,open slide,trombone,alain pire,charlotte van passen,thierry istas,clément moneau,nicolas villers,tuba,cuivres graves du conservatoire royal de liège,u3a,festival,voyages d'été 2016

    Immense succès Pour Sabine et Anne-Michèle et fin de concert avec un bis favori, Après un rêve de G. Fauré qui nous permet de remarquer la parfaite diction française et, une nouvelle fois maîtrise de la conduite de la phrase et de la nuance… ! Bravo !

    sabine conzen,anne-michèle schaack,soprano,piano,open slide,trombone,alain pire,charlotte van passen,thierry istas,clément moneau,nicolas villers,tuba,cuivres graves du conservatoire royal de liège,u3a,festival,voyages d'été 2016

    J’avais demandé à Alain Pire, premier trombone à l’OPRL et professeur au département des Cuivres graves du Conservatoire royal de Liège de donner un récital dans nos concerts de l’U3A. Nous n’avions jamais eu de trombone dans notre salle et j’avais vraiment envie de faire découvrir cet instrument que j’ai toujours admiré pour sa sonorité profonde, sa puissance et sa souplesse. Alain m’a alors proposé de venir jouer avec son quintette Open Slide. Ayant dépassé mes premières craintes d’un concert trop sonore et peu adapté à la salle, j’ai accepté avec joie de relever le défi et de placer sur notre scène quatre trombones de différentes tessitures et un tuba basse.

    sabine conzen,anne-michèle schaack,soprano,piano,open slide,trombone,alain pire,charlotte van passen,thierry istas,clément moneau,nicolas villers,tuba,cuivres graves du conservatoire royal de liège,u3a,festival,voyages d'été 2016

    Open Slide nous a proposé un formidable panorama non seulement des instruments, du trombone alto au basse en passant par le classique ténor et le tuba, mais aussi un panaché d’œuvres s’étalant de la Renaissance à nos jours. Au programme, des œuvres transcrites et arrangées presque toujours par leurs soins de S. Scheidt, A. Vivaldi revu par Bach, R. Wagner, G. List et quelques musiques de films américains, de quoi réjouir le public… moins nombreux hélas (match de football oblige !) que lors du concert de 17H, mais d’une grande ferveur.

    sabine conzen,anne-michèle schaack,soprano,piano,open slide,trombone,alain pire,charlotte van passen,thierry istas,clément moneau,nicolas villers,tuba,cuivres graves du conservatoire royal de liège,u3a,festival,voyages d'été 2016

    Alain Pire et Charlotte Van Passen, avec leur habituelle sympathie, présentaient en quelques mots les différents morceaux et donnaient des explications sur les instruments utilisés. Ce qui a vraiment ébloui les auditeurs, c’est avant tout la diversité des timbres et des styles. C’est aussi l’aspect technique et le fonctionnement des instruments… sans doute moins connus que le violon et le piano et pourtant présent dans chaque opéra ou œuvre symphonique romantique.

    sabine conzen,anne-michèle schaack,soprano,piano,open slide,trombone,alain pire,charlotte van passen,thierry istas,clément moneau,nicolas villers,tuba,cuivres graves du conservatoire royal de liège,u3a,festival,voyages d'été 2016

    sabine conzen,anne-michèle schaack,soprano,piano,open slide,trombone,alain pire,charlotte van passen,thierry istas,clément moneau,nicolas villers,tuba,cuivres graves du conservatoire royal de liège,u3a,festival,voyages d'été 2016

    Mais le concert nous a surtout montré de formidables virtuoses de leur instrument qui sont capables de repousser les limites physiques et techniques pour nous offrir une musique d’une incroyable souplesse, d’une chaleur de timbre magnifique ! Bravo à Charlotte Van Passen, Alain Pire, Thierry Istas, Clément Moneau et Nicolas Villers ! Et puis il y a cette joie de jouer ensemble, de faire de la musique et d’y prendre beaucoup de plaisir. On voit que tous sont certes collègues à la scène, mais surtout amis dans la vie. Quand ils jouent, ils partagent leur joie et leur plaisir et ça, c’est un bonheur communicatif…

    sabine conzen,anne-michèle schaack,soprano,piano,open slide,trombone,alain pire,charlotte van passen,thierry istas,clément moneau,nicolas villers,tuba,cuivres graves du conservatoire royal de liège,u3a,festival,voyages d'été 2016

     

    Lien permanent Catégories : Festival Voyages d'été 0 commentaire