départ

  • Départ

    Un emploi du temps particulièrement serré ces derniers temps est la cause de ma relative absence sur le blog où, comme vous l'aurez remarqué, les billets se succèdent avec beaucoup moins de régularité. Et pourtant, il y a de nombreux événements dans le petit monde de la musique à Liège que j'aimerais commenter… en commençant par cette expérience particulièrement enrichissante pour moi qu'a été la présidence du jury du Concours de piano de Liège le week-end dernier, j'y reviendrai très bientôt, et par l'annonce du départ de Jean-Pierre Rousseau de la direction de l'OPRL, nouvelle tombée en milieu de semaine. Je commencerai donc par un petit billet consacré à cette dernière information.

     

    rousseau,oprl,départ,radio france,liège,directeur,jean-marc onkelinx

    Jean-Pierre Rousseau et Christian Arming

     

    Comme beaucoup de liégeois, j'ai été stupéfait par la nouvelle… même si je me doutais bien que cela arriverait un jour! Lui-même a toujours insisté sur les dangers d'une direction qui s'impose trop longtemps. Nommé à la tête de la Musique de Radio France, notre directeur reçoit là une véritable consécration, une marque de confiance énorme du Président de Radio France. N'est-ce pas là l'un des postes les plus prestigieux dans le domaine de la musique dans l'Hexagone? À le lire, la tâche qui l'attend est énorme et ardue. Il saura, j'en suis sûr, gérer au mieux ces nouvelles fonctions. 

     

    rousseau,oprl,départ,radio france,liège,directeur,jean-marc onkelinx

     

    Radio France

     

    Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'à Liège, l'ère Jean-Pierre Rousseau aura marqué une véritable métamorphose de l'orchestre et de sa visibilité. En travaillant sur une communication très efficace, en ciblant des publics jeunes et défavorisés par de nombreuses séances très attractives et souvent gratuites,  par des manifestations à caractère pédagogique, Jean-Pierre Rousseau et son équipe sont parvenus à générer une augmentation significative du public et une réelle popularité de l'orchestre. En oeuvrant à la qualité musicale par la nomination de chefs de pupitres de très haut niveau et de directeurs musicaux charismatiques et efficaces (souvenons-nous de Louis Langrée, de Pascal Rophé, de l'éphémère François-Xavier Roth et de l'actuel et très populaire Christian Arming), nous avons pu observer avec joie un repositionnement de l'orchestre sur la scène belge et internationale. Enfin, en ces temps troublés pour l'industrie musicale, la politique discographique formidablement audacieuse, volontaire… et réussie a contribué à faire de l'OPRL un ensemble symphonique incontournable et envié…! Pour toutes ces raisons, je le remercie chaleureusement… et espère de tout cœur que le prochain directeur général aura la même détermination.

     

    rousseau,oprl,départ,radio france,liège,directeur,jean-marc onkelinx

     

    Mais ce serait trop conventionnel d'en rester là… d'autant que par mes activités, j'ai été amené à souvent rencontrer Jean-Pierre Rousseau, à travailler avec lui et à entretenir des relations suivies, oserais-je dire amicales, dans le cadre de la série de concerts commentés "Le Dessous des Quartes" et "Écouter la musique". Je me souviens encore parfaitement de la première fois où, fraîchement arrivé à Liège, il m'avait convoqué dans son bureau avec le compositeur Claude Ledoux pour nous faire part de ce projet pédagogique formidable, des concerts commentés avec l'orchestre, qui allaient non seulement acquérir un succès et une popularité exceptionnels, mais qui allaient aussi, personnellement, m'ouvrir les portes de nombreuses autres scènes. Si j'étais déjà assez bien connu à Liège à cette époque, ma réputation ne dépassait pas vraiment la province de Liège. Depuis, j'ai pu prendre un envol national dont je suis fier… je le remercie d'avoir été aussi ce tremplin pour moi. 

    Mais ces concerts commentés m'ont surtout permis d'approcher des personnalités musicales exceptionnelles, de travailler avec elles et d'apprendre d'elles d'inestimables savoirs… une transmission orale que les livres ne connaissent pas et que la musicologie traditionnelle ignore. La fréquentation de personnalités comme Armin Jordan, Alexandre Dimitriev, Vernon Handley, Gunther Herbig, Petri Sakari, Louis Langrée, Pascal Rophé ou Christian Arming, j'en passe… beaucoup, est inestimable dans mon parcours de musicien et dans ma vision des grandes œuvres du répertoire. Je ne serais sans doute pas le même, dans mes approches de l'Histoire de la musique et de ses structures sans ces fabuleuses expériences.

    OPRL 2012 13(1)(c)A.S.Trebulak730

    Christian Arming et l'Orchestre Philharmonique Royal de Liège © A.S. Trebulak

    Et puis ce formidable partenariat que nous avions développé entre l'OPRL et la Fnac de Liège. Pensez donc, plus de dix ans de travail commun. Je rédigeais les références discographiques des œuvres interprétées, j'écrivais parfois un texte de programme. Je tenais des stands où se pressaient les solistes et chefs pour dédicacer leurs cd's. Lors des festivals, je vivais presque toute la semaine à la Salle philharmonique. Nous y organisions, au Foyer, des concerts apéritifs Fnac et j'y rencontrais tous ces formidables musiciens de passage… quelques rencontres très amicales et formatrices pour moi… Éric Le Sage, qui m'a littéralement révélé Schumann, Jordi Savall, très simple, humble malgré son succès planétaire, Hélène Grimaud, d'une exceptionnelle sympathie et attentive à tous, Vadim Repine, Frank Braley, Philippe Cassard, Boris Belkin, et mille autres, des plus connus aux plus anonymes… toutes personnalités que je n'aurais jamais rencontrées sans cette activité. Ce fut pour la Fnac, on peut bien le dire maintenant, un âge d'or hélas révolu!

    Dans chacune de ces activités, j'ai été accueilli avec bienveillance et amitié, tant par Jean-Pierre que par toute son équipe. Je suis devenu un ami de la maison. Ami des musiciens, ami du personnel… un vrai bonheur! Pour ma part, j'ai soutenu de toutes mes forces cet orchestre formidable, de qualité musicale excellente et profondément attachant. Vous comprendrez donc que, malgré sa prévisibilité, l'annonce du départ Jean-Pierre Rousseau me touche beaucoup. 

    Un peu orphelin, certes, mais ceux qui me connaissent savent qu'aller de l'avant, toujours et partout, est ma devise, c'est d'ailleurs le titre de mon blog. Nous aurons un autre directeur qui saura prendre les choses en mains, ouvrir et écrire une nouvelle page du livre de l'Orchestre philharmonique royal de Liège. Je suis confiant sur le choix à venir et, pour ma part, je serai attentif à maintenir mes rapports amicaux avec l'institution liégeoise… à participer activement à ces nouvelles aventures musicales.

    En attendant, et à titre tout à fait personnel, je remercie sincèrement Jean-Pierre Rousseau, JPR, comme tout le monde l'appelle pour tout ce travail réalisé, même s'il n'est pas encore tout à fait parti. Bonne route… et revenez-nous voir de temps à autres!

     

     

    Lien permanent Catégories : Actualité, Musiciens de chez nous 0 commentaire