esope

  • Une fable… ?



    Ce que nous nommons la sagesse des anciens consiste en l’observation de leur société qui, si elle était très différente de la nôtre, n’en était pas moins animée par des hommes dont les principales caractéristiques sont encore applicables aujourd’hui. Car, bien sûr, l’homme n’a pas changé et, trop souvent, ce sont encore ses envies irrépressibles de pouvoir, de richesses, de domination qui l’animent. Ésope, en grand conteur de l’esprit humain a toujours su, en quelques mots, cerner l’essence de ces travers qui sont présents dès que société humaine il y a. En attribuant aux animaux un anthropomorphisme implacable, il révèle l’homme au point que bien plus tard, Jean de la Fontaine s’en inspirera beaucoup pour ses propres fables.

    Ce dernier, dans sa biographie d’Ésope disait ceci : « S'il y a quelque chose d'ingénieux dans la République des Lettres, on peut dire que c'est la manière dont Ésope a débité sa morale. Il serait véritablement à souhaiter que d'autres mains que les miennes y eussent ajouté les ornements de la poésie, puisque le plus sage des Anciens a jugé qu'ils n'y étaient pas inutiles ».

    Ésope, Fable, politique, élections

    Ésope représenté dans une édition allemande des Fables de 1479.



    En ces périodes électorales, la présidentielle en France, les élections communales dans quelques mois en Belgique, les « bonnes idées » fusent de toutes parts. Tout est dit… on affirme n’importe quoi… on promet, on ment… comme si le temps de la réalité n’était pas encore venu ! Mais relisez plutôt ceci :

    « Promu chef de ses congénères, un loup institua que, désormais, chacun mettrait en commun le produit de sa chasse : tous en auraient part égale. De cette façon, la disette ne ferait plus les loups se dévorer entre eux.

    Alors un âne s’avança et, secouant sa crinière : « Belle pensée, dit-il, sortie d’un cœur de loup. Mais comment se fait-il que tu aies toi-même déposé dans ton repaire ton butin d’hier ? Allons, qu’attends-tu pour le partager ? » Et le loup confondu abrogea sa loi.

    Ainsi de certains : leurs lois semblent justes, mais eux-mêmes ne les respectent pas ». (Ésope, Fables)

    La belle promesse d’égalité abrogée parce qu’intenable par ceux même qui l’avaient promise… C’est ce qu’on observe tous les jours dans la société des hommes… Hélas !

    Lien permanent Catégories : Actualité, Général 1 commentaire