fantaisie

  • Utopie!

    Contemporaine de la Cinquième symphonie, la Fantaisie pour piano, choeur et orchestre  opus 80 de L. van Beethoven est créée à Vienne le 22 décembre 1808 au terme d'une année marquée par les triomphes de Napoléon et par la dénonciation des atrocités de la guerre. Goethe publie la première partie de son Faust et Friedrich donne sa visionnaire "Crucifix dans la montagne". Le thème principal de l'oeuvre annonce de loin ce qui deviendra le fameux "Hymne à la Joie"... et le texte développe de manière très romantique les pouvoirs magiques de la musique... en nous entraînant dans le jeu des correspondances et des libres associations...

     

    Les harmonies de notre vie
    Rendent des accents doux, agréables et gracieux
    Et notre sens de la beauté fait naître
    Des fleurs qui s'épanouissent éternellement.

    La paix et la joie coulent aimablement,
    Alternant comme le jeu des vagues;
    Tout ce qui était sauvage et hostile
    S'ordonne et se transforme en délicieuse exultation.

    Lorsque la magie des sons opère
    Et que le mot qui les consacre parle à son tour,
    Il ne peut naître que magnificence,
    Nuit et tempête se font lumière;

    La paix au-dehors, le félicité au-dedans de soi
    Gouvernent le destin de l'homme heureux
    De leur alliance le soleil printanier des arts
    Fait jaillir la lumière.

    Tous les grands sentiments qui avaient pénétré notre coeur
    S'épanouissent de nouveau dans toute leur beauté;
    Quand un esprit a pris son essor,
    Un choeur d'esprit lui fait toujours écho.

    Acceptez donc joyeusement, nobles âmes,
    Les présents du noble art.
    Lorsque l'amour et la force s'unissent,
    L'homme est gratifié de la faveur des dieux.

    Christophe Kuffner (1780-1846), texte mis en musique par Beethoven dans sa Fantaisie.

     

    Friedrich, l'été.JPG

    Caspar David Friedrich, L'été, paysage avec couple.

    ... et

    la Fantaisie de Beethoven...

     

     

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Correspondances 0 commentaire