fascisme

  • Inadmissible !



    Le moins que l’on puisse dire, c’est que les actualités du monde nous montrent tous les jours des horreurs et des images inadmissibles. L'Homme est-il devenu fou? À des degrés divers, et avec toute la réserve qu’il convient, ces actes intolérables, montrés quasi en boucle par les télévisions du monde entier, sont d’une extraordinaire violence. Vous l’aurez peut-être compris, la haine s’invite chaque jour dans notre quotidien et soit elle se banalise, soit elle encourage les plus vulnérables d’entre nous au sentiment que la violence impunie est un axe inévitable de notre monde. Cela est vraiment inadmissible !

    En témoigne les images de ces supporters (hooligans) de football ukrainiens (le phénomène semble assez proche en Pologne) qui, non contents de brandir avec force et conviction le salut hitlérien, s’en prennent avec violence aux spectateurs noirs ou asiatiques en leur assénant des coups sous le regard impassible (coupable) de la police. Tout cela n’augure rien de bon pour le pays qui, en partenariat avec la Pologne justement, organisera le Championnat d'Europe UEFA de football 2012, communément abrégé en Euro 2012. Il faut dire que l'Ukraine est déjà montrée du doigt sur la scène internationale suite aux affaires concernant l'ancienne premier ministre Loulia Timochenko. Les grandes maximes qui encouragent le fair-play, la saine émulation et le respect de l’autre qui sont le fondement de la compétition sportive, sont bien loin.

    football,ukraine,violence,fascisme

    Des supporters de football pour le moins douteux...



    Et certains joueurs et entraineurs commencent à conseiller aux amateurs de ne pas accompagner leur équipe en Ukraine mais de rester à la maison devant la télévision. C’est certes moins dangereux, mais c’est contraire aux raisons même des compétitions. Si ces matchs doivent se jouer sans public par peur de la violence, alors, non seulement les hooligans ont gagné la partie en semant la terreur, mais il n’y a plus besoin du tout d’organiser ces championnats à hauts risques. Si les hommes ne savent pas vivre ensemble et se respecter, on ne peut pas ceinturer les stades par l’armée tout de même ! Certains ont sans doute tendance à confondre compétition avec... extermination !

    Impunité… ! Qui arrêtera cette montée toujours plus dangereuse de la violence, du racisme, de l’exclusion ? Hélas, certaines autorités, au nom de la libre expression, par manque de moyens ou d'organisation sont prêtes à fermer les yeux… ! À une époque où la communication va si vite, on sait dans la minute qui suit tout geste provocateur ou violent de par le monde. Les médias relayent cela avec la même rapidité. Qui sera le premier à faire de l’audience avec l'horreur du jour ? Qui commentera le premier et en direct le moindre acte atroce ?

    Car la hiérarchie entre ces faits semble tellement abolie qu’on traite sur le même plan les événements les plus insignifiants et ceux qui auront une portée historique. Quel est le téléspectateur qui peut encore vraiment se faire une vraie idée de l’importance et de la véracité de l’information lorsqu’on sait que les témoins directs s’insurgent bien souvent et racontent autre chose que les médias ? Question de point de vue sans doute… il n’y a pas de vérité unique! Où est donc l’esprit critique ? Où sont passées les règles de la critique historique ? ... la déontologie?

    Dans la démocratie, tout est-il permis ? Peut-elle se détruire elle-même ? Comment vraiment faire comprendre ces personnes qu'un geste ou un acte est odieux ? Plus grave encore, comment dissuader les plus jeunes, voyant ces gestes impunis, de les reproduire à la première occasion ? Car le vrai danger, il provient du fait que beaucoup ne savent plus ce que le salut hitlérien signifie. Il est alors perçu comme un simple geste grégaire, identitaire, pas si éloigné, finalement de l’hymne. Ainsi, dans notre quotidien, on retrouve toute cette violence, souvent adoucie, dans des petits gestes ou des petites phrases qui sont prononcées « sans y penser »… « - Ce n’est pas ce que j’ai voulu dire m’sieur… ! »
    Malheureusement et curieusement, la haine de l’autre semble elle aussi s’ancrer profondément chez l’être humain, dans des archétypes primitifs liés à la peur, à la défense et à la protection sans doute.

    De là traiter son voisin de tous les noms d’oiseaux, de l’humilier ostensiblement, de souligner une prétendue infériorité raciale, sexuelle, religieuse…, il n’y a qu’un pas qui est d’ailleurs franchi allégrement au bord et sur les terrains de sport, même amateurs, comme en voiture, en rue… partout ! On se souviendra des propos hostiles flamands/wallons dans notre championnat belge et, par ailleurs, les témoignages ne manquent pas de parents finissant par retirer leur enfant du club sportif à cause de ces violences plus ou moins visibles.

    Et pourtant, l’angélisme qui consiste à prôner un monde égal, où tous se respecteraient n’est qu’un leurre. Au regard du monde, les hommes sont loin de cet idéal. La montée de l’extrême droite ne s’est jamais faite si importante partout depuis la Seconde Guerre mondiale. La crise favorise ces mouvements-là qui se nourrissent de protectionnisme primaire, de peurs infondées, de rejet de la faute sur l’autre (dans tous les sens du terme). Notre monde est violent et il nous faut pourtant y vivre. Nous devons être conscient qu’elle peut survenir à tout moment, mais nous devons tout faire pour la refuser, pour, lorsqu’elle se présentera à nous, nous puissions y répondre, non pas par le même geste, mais par celui de l’éducation et de l’instruction.

    En effet, prendre conscience de l’humanité, c’est savoir le passé pour préparer l’avenir, ne jamais oublier. C’est aussi se mettre dans la peau de l’autre pour comprendre sa douleur, ne jamais exclure. C’est respecter les choix des êtres et leurs obligations, ne jamais juger. Alors, mais même là c’est encore une utopie, peut-être que disparaîtront du monde une bonne part de ce qui est inadmissible…

    Lien permanent Catégories : Actualité 1 commentaire