faust goethe

  • Au rouet

    Les conférences des deux derniers jours, consacrées à la Faust-Symphonie de Franz Liszt qui sera donnée en concert prochainement par l'Orchestre philharmonique royal de Liège, m'ont ramené au fameux Faust de Goethe, un des mythes les plus profonds de la civilisation occidentale.

    La symphonie de Liszt ne raconte pas l'histoire de Faust. Elle prend le parti de tracer trois portraits, ceux des personnages principaux. Faust, d'abord, dans un immense mouvement d'une demi heure, dont les thèmes sont variés, entre errance existentielle, désespoir, désir de la mort et élan vital. Gretchen, ensuite, pure, tendre, ... l'Éternel féminin. Enfin, Mephisto, émanation de Faust, réalisation du principe romantique de l'homme et son double, ne possède aucun thème propre mais déforme et tourmente ceux de Faust.

    Comment, après cette exceptionnelle symphonie dont il faudrait parler longtemps pour en percer tous les secrets, ne pas penser à cette mélodie, ce lied tout à fait exceptionnel de Franz Schubert qui, comme beaucoup d'autres compositeurs, a été profondément touché par la poésie de Goethe. Sa Marguerite au rouet (Gretchen am Spinnrade) reste l'un des moments inoubliables de sa production. Dans l'esprit des billets de la catégorie "Correspondances", voici le texte de Goethe, la mélodie illustrée de sa partition chantée par Kiri Te Kanawa, une illustration du XVIème siècle, bien avant Goethe, d'une jeune fille au rouet et pour faire le pont avec Liszt et son obsession de Faust, son arrangement pour piano seul du lied de Schubert, puis le début du deuxième mouvement Gretchen de sa Symphonie... Et encore quelques autres illustrations du rouet... image et symbole du temps qui coule immuablement...

    Attention de ne pas faire l'erreur de la Belle au bois dormant... ne vous piquez pas à la pointe de la quenouille... vous risqueriez le sommeil de mort que seul un prince (ou une princesse) charmant(e) pourra dissiper!

     

    schubert,gretchen,liszt,faust goethe

     

     

     

     

    Arachné filant la laine avec un rouet, Vie des femmes célèbres,.jpg

    Arachné filant la laine avec un rouet, Vie des femmes célèbres,
    Antoine du Four, enluminure de Jean Pichore, vers 1505,
    Musée Dobrée Nantes

     

    "Arachné ou Arachne (en grec ancien Ἀράχνη / Arákhnê), dans la mythologie gréco-romaine, est une jeune fille originaire de Lydie qui excellait dans l'art du tissage.

    Intriguée, Athéna se déguisa en vieille femme pour rendre visite à la jeune tisseuse et observer son travail. Arachné prétendit devant la déesse qu'elle était la meilleure tisseuse du monde, meilleure qu'Athéna elle-même. La déesse entra alors dans une grande colère en constatant qu'une simple mortelle pouvait prétendre être aussi adroite qu'elle. Elle révéla à Arachné sa véritable identité et organisa un concours avec la jeune femme. Athéna illustra sur sa toile les divers dieux de l'Olympe tandis qu'Arachné préféra tisser Zeus avec ses nombreuses amantes. Ce fut finalement la fille de Lydie qui gagna. Furieuse, Athéna déchira l'ouvrage d'Arachné. Humiliée, Arachné alla se pendre. La déesse, prise de remords, décida d'offrir une seconde vie à Arachné : elle la changea en araignée suspendue à son fil, pour qu'elle puisse à nouveau tisser sa toile" (Wikipédia).

     

     

     

     

    schubert,gretchen,liszt,faust goethe

    Ary Scheffer (né à Dordrecht le 10 février 1795 - mort à Argenteuil le 15 juin 1858), huile sur toile, Marguerite au rouet. Ce tableau, inspiré de l'œuvre littéraire "Faust", de Goethe, fut exposé au Salon de 1831.

     

    schubert,gretchen,liszt,faust goethe

     

    Le rôle maléfique du rouet est présent dans la fameuse malédiction de la Belle au bois dormant de Walt Disney

    Lien permanent Catégories : Arts, Correspondances, Musique 1 commentaire