festival de wallonie

  • Rentrée

     

    La saison recommence également dans nos institutions musicales liégeoises. L’Opéra royal de Wallonie ouvre les festivités en cette fin de semaine par les premières représentations de « Un Bal masqué » de Giuseppe Verdi, le Festival des Nuits de septembre (Festival de Wallonie) accueille, en collaboration avec l’OPL le fameux Jordi Savall, sa non moins fameuse épouse Montserrat Figueras, La Capella Reial de Catalunya et son célèbre Hesperion XXI à la Salle Philharmonique le mardi 14 septembre (j’y reviendrai), enfin, l’Orchestre philharmonique de Liège inaugure sa nouvelle saison par deux grands concerts populaires sur la Place Saint-Lambert dans le cadre des Fêtes de Wallonie. … Du pain sur la planche en perspective pour les mélomanes liégeois!

     

    ORW bal_masque.jpg

    Un Bal masqué de G. Verdi à l'ORW

    Jordi_Savall_ok.jpg

    Jordi Savall aux Nuits de Septembre le mardi 14

     

    OPL Saint-Lambert.jpg

    L'OPL aux fêtes de Wallonie Place Saint Lambert les 17 et 18 septembre à 20H

     


     

    Et pour solliciter votre curiosité, une question étrange à première vue. Quel rapport peut-on faire entre le Bal masqué de Verdi au programme de l’ORW et la Flûte enchantée de Mozart au programme du prochain spectacle, en octobre ? Si vous voulez trouver la réponse par vous-mêmes ne lisez pas la suite de ce texte… mais vous aurez sans doute beaucoup de mal à trouver.

     

    C’est d’ailleurs en travaillant sur la Flûte enchantée de Mozart que je suis tombé par hasard sur le « dénominateur commun ». Je ne crois pas que les programmateurs de l’ORW ont pensé à cela en établissant le déroulement de la saison. J’ai déjà évoqué ici le peintre Oskar Kokoschka. Et bien c’est lui la clé de l’énigme. Il a réalisé les décors et les costumes de la représentation de l’opéra de Mozart à Salzbourg en 1955 par Georg Solti.

     

    Kokoschka Flûte enchantée 1955 Salzbourg.JPG

     

    Kokoschka Flûte enchantée 1955 Salzbourg 2.JPG

     

     

     

    Malgré les nombreux déboires du peintre avec le metteur en scène Herbert Graf, l’investissement dans le projet fut tel que Kokoschka s’identifia à Papageno et dessina son « Autoportrait en Papageno » (1955).

     

    Kokoschka, Autoportrait en Papageno.JPG


     

    Mais ce n’est pas tout. Le peintre nous a également laissé plusieurs projets de costumes et de décors (1962) pour le Bal masqué de Verdi représenté à Florence en 1963. Ces superbes dessins aux crayons et aux pastels illustrent tantôt une salle dans le palais du roi à la première scène de l’acte 1, une Butte en friche avec gibets à la troisième scène de l’acte 2, la Salle de bal à l’acte 3 et des projets variés de costumes pour tous les personnages.

     

    Kokoschka Un Bal Masqué de Verdi, esquisses de décors et costumes 1.JPG

     

    Kokoschka Un Bal Masqué de Verdi, esquisses de décors et costumes 2.JPG

    Kokoschka Un Bal Masqué de Verdi, esquisses de décors et costumes 3.JPG

    Kokoschka Un Bal Masqué de Verdi, esquisses de décors et costumes 4.JPG

    Kokoschka Un Bal Masqué de Verdi, esquisses de décors et costumes 5.JPG

     

     

     

    Ces rares œuvres sont conservés par la Fondation Oskar Kokoschka au Musée Jenich de Vevey.

     

    Alors, qui parmi vous avait deviné ce rapport finalement pas si surprenant que cela de la part d’un artiste qui se faisait non seulement un plaisir de peindre les grands interprètes de son temps (portraits de Sviatoslav Richter, voir le billet consacré à ce sujet en cliquant sur le lien : http://jmomusique.skynetblogs.be/archive/2009/01/27/kokoschka-et-les-musiciens.html ) mais aussi de présenter ses visions d’opéras dans ses décors et costumes. Musique et peinture n’ont peut-être jamais été aussi proches.

     

    Lien permanent Catégories : Actualité, Arts 0 commentaire