grande guerre

  • Debout les morts !

     

    Je ne résiste pas, en ce 11 novembre, à vous livrer tel quel ce petit texte tiré du « Petit Dictionnaire des grandes Phrases de l’Histoire » d’Henri Pigaillem paru en 2008 aux Editions City. Il illustre une époque tragique de l’histoire du monde mais reste, finalement et malheureusement trop actuel. 

    « Le 8 avril 1915, au sud de Saint-Mihiel, ont lieu de terribles affrontements entre Français et Allemands. D’une tranchée du Bois-Brûlé s’élève soudain la voix de l’adjudant Jacques Péricard : « Debout les morts ! » Les hommes du 95ème régiment d’infanterie qu’il commande sont si épuisés que c’est le seul moyen pour lui de les exhorter à reprendre l’assaut du fortin de Beauséjour, qu’ils ont pour mission de reprendre. Journaliste et écrivain, c’est dans un livre paru en 1918, auquel il donne tout simplement le titre de Debout les morts ! que Péricard affirme avoir lancé ce cri : « La colère me saisit. De mes gestes, de mes paroles exactes, je n’ai plus souvenance. Je sais seulement que j’ai crié à peu près ceci : « Oh ! là, debout les morts ! Qu’est-ce que vous foutez par terre ? Levez-vous et allons foutre ces cons-là dehors ! Debout les morts ! » Coup de folie ? Non. Car les morts me répondirent. Ils me dirent : « Nous te suivons ! » Et se levant à mon appel, leurs âmes se mêlèrent à mon âme et en firent une masse de feu, un large fleuve de métal en fusion. Rien ne pouvait plus m’étonner, m’arrêter. J’avais la foi qui soulève les montagnes. Ma voix éraillée et usée à crier des ordres, pendant ces deux jours et cette nuit, m’était revenue claire et forte ». 

    Maurice Barrès a écrit la préface du livre. Elle débute par ces mots : « Aujourd’hui, dans le monde entier, chacun connaît cet épisode que d’innombrables articles, des gravures, des poésies ont popularisé. Vous vous rappelez ? Les Allemands ont envahi une tranchée et brisé toute résistance ; nos soldats gisent à terre ; mais soudain de cet amas de blessés et de cadavres, quelqu’un se soulève et, saisissant à portée de sa main un sac de grenades, s’écrie « Debout les morts ! » Un élan balaye l’envahisseur. Le mot sublime avait fait une résurrection ».


     

    La grande guerre
     


    Ces mots sont restés si célèbres qu’ils sont depuis la devise du troisième régiment d’infanterie de Marine française. Cependant, leur authenticité demeure incertaine. Plus exactement, on les attribue au seul dramaturge allemand Friedrich von Schiller, qui utilise la formule dans son Histoire de la guerre de Trente Ans, en 1790. L’historien français Jean-Norton Cru, lui-même ancien combattant de la Première Guerre mondiale, est le plus sévère détracteur de Péricard, auquel il n’accorde absolument aucun crédit. Il écrit : « L’épisode de « Debout les morts ! » fait partie d’une collection d’anecdotes fantaisistes dont l’auteur souligne le caractère imaginaire par le ton humoristique de son style ». Il ajoute : « Nous sommes tous les artisans du mensonge. Nous racontons mal ou faussement ce que nous avons vu. C’est un résultat inéluctable de notre suffisance et de notre incapacité. Ce que nous n’avons pas gravé immédiatement sur un métal indélébile se meurt dans notre mémoire. Ce que nous fixons, à l’instant même se déforme en entrant dans le moule rigide des mots ». 

    Alors, vraie ou fausse, cette déclaration doit, en ce jour du souvenir, nous rappeler que quelles qu’aient été les paroles ou les mots employés, il y a eu des gens, des hommes, de simples hommes qui se sont sacrifiés pour que nous soyons libres aujourd’hui. Il en va de même pour chaque guerre, pour chaque lutte pour la préservation de la liberté. D’un point de vue strictement humain, la guerre est toujours injuste et horrible quel que soit le camp de ses victimes. La guerre existe depuis que l’homme est sur cette terre et, je crois, malheureusement, qu’elle sera l’une des dernières manifestations de notre race. Puisqu’un monde vivant en paix est une belle utopie, ayons donc en ce jour une pensée pour tous ceux qui se sont battus et qui se battent encore pour la liberté de tous !

    Lien permanent Catégories : Actualité 3 commentaires