heritage

  • Président

     

     

    Tout le monde en a parlé, tout a été dit et l’enthousiasme semble général. Le nouveau président des Etats-Unis, Barack Obama, a pris ses fonctions cette semaine en suscitant l’espoir du monde entier. Le grand discours d’investiture restera sans doute dans les annales. L’ayant lu en entier sur le Blog de Jean-Pierre Rousseau (http://rousseaumusique.blog.com/ en date de jeudi), je ne peux que me joindre à son émotion. Plein de promesses pour l’avenir et d’un réalisme teinté d’humanité, ce discours mérite d’entrer dans les livres d’histoire. Et le désormais président Obama semble se mette à la tâche immédiatement annonçant, profitant de cet état de grâce pour montrer à tous qu’il sera l’homme de la situation.


     

    Obama Investiture
     


     

    Mais de quoi hérite-t-il ? D’un empire surendetté teinté d’une crise économique et bancaire sans précédent, d’un pays en guerre à plusieurs endroits de la planète, à des dossiers qui contredisent les droits de l’homme et de la nature et, enfin, à une opinion publique mondiale qui doute de la capacité de la première force mondiale à restaurer sa situation. Il a du pain sur la planche !

     

    Pour beaucoup, il est l’homme de la situation. Comment est-ce possible ? Un seul homme, entouré des meilleurs conseillers, il est vrai, sera-t-il capable de réaliser en quatre ans (peut-être huit) ces travaux d’Hercule. Je le lui souhaite sincèrement. Mais ce qui me frappe plus que tout dans la popularité du président, c’est son charisme, sa présence, son style. Il en a séduit beaucoup et attire les foules comme une vraie vedette, comme une star. Plus de deux millions d’américains et d’étrangers, de toutes conditions, sont venus assister à l’événement de l’investiture en défiant le froid et les longues heures d’attente !


     

    Obama Investiture 3
     


     

    Je crois fondamentalement que ce qui est différent, avec Obama, c’est le discours. Il revient enfin à l’humain. Il ne joue plus sur l’entretien de la peur. Avec Bush, les américains avaient peur … de tout ! Et son administration, rien que dans la manière de communiquer et les discours tenus, entretenait ce sentiment, teinté des notions de bien et de mal, pour justifier une attitude agressive envers le monde (surtout l’islam radical et le communisme). Obama ne parle plus de terreur, au contraire, il cherche à restaurer une confiance, il veut impliquer chacun dans le processus de redressement, il tend la main. Et cela, c’est payant ! Il est plus confortable de vivre dans un sentiment de paix que dans celui de l’attente des catastrophes. Il ne prétend pas que l’époque des conflits est terminée, il est prêt à défendre l’Amérique à ceux qui montreraient le poing fermé, mais il cherche à conscientiser le monde à la dimension humaine dans le respect de chacun. Lui-même, originaire d’un milieu peu favorisé a du se battre pour en arriver là. Ce parcours, il ne le montre pas en exemple, mais il prouve que travail, respect et humanisme sont aussi les clés du succès.


     

    Obama Investiture 2
     


     

    Espérons que les espoirs qu’il place en ses compatriotes ne seront pas déçus et qu’il pourra assumer un programme qui peut vraiment améliorer la situation du monde. Je le lui souhaite de tout cœur et place, moi aussi, beaucoup d’espoir en cet homme commun hors du commun.

     

    Lien permanent Catégories : Actualité 1 commentaire