humain

  • Symétrie

     

    Les formes simples et régulières sont celles que nous percevons et retenons le plus facilement. Les formes symétriques représentent dans la nature un bon exemple de l’ordre géométrique sur lequel sont formés les structures organiques vivantes et les structures inorganiques.


     

    Symétrie papillon

     


     

    L’exemple le plus immédiat de cette particularité dans le monde vivant est celui du papillon. Ses ailes possèdent une symétrie axiale bilatérale dont l’axe est le corps de l’insecte. Les dessins et les couleurs de ses ailes sont disposés symétriquement par rapport à l’axe en question. Cette régularité constitue pour notre système de perception un facteur esthétique d’harmonie.


     

    Symétrie A. Hepburn

    Audrey Hepburn



     

    Le visage humain présente, lui aussi, une symétrie axiale. Même si les deux côtés de notre visage ne sont pas toujours identiques, il est indéniable que l’axe du nez constitue un facteur de symétrie non négligeable. De même, notre corps, qui doit se maintenir constamment en équilibre, a été doté par la nature de l’axe vertical de la colonne vertébrale. Le poids et le mouvement des membres sont symétriquement répartis autour de lui.


     

    Symétrie Da Vinci



     

    Certains types de coquillages (bivalves) sont parfaitement symétriques de même que les nervures d’une feuille d’arbre. Mais, au sein des structures non vivantes, on constate aussi, dans des formes très sophistiquées et géométriques, une symétrie dont les composantes se répartissent à égale distance du centre (centre de symétrie). C’est bien sur le cas des cristaux de neige, merveilles de la nature.


     

    Symétrie Cristaux de glace



     

    Le pas vers l’art, imitation de la nature, n’est pas difficile à franchir. Depuis la nuit des temps, et parce que la nature nous le propose si souvent, la symétrie est considérée comme un des aspects des proportions de la beauté. La rosace gothique, par exemple, en est l’illustration la plus proche de l’imitation de la nature.


     

    Symétrie Rosace Cathedrale Strasbourg

    Rosace et vitrail de la cathédrale de Strassbourg


     

    Mais bien au-delà, combien de blasons, de symboles ou de sceaux ne possèdent-ils pas ces qualités. L’architecture n’est pas en reste. Je me faisais cette réflexion en voyant le reportage du journal télévisé relatant la visite de notre reine à l’imposant monument célèbre, le mausolée du Taj Mahal qui répartit ses proportions architecturales proprement dites et les aménagements de ses jardins en un axe qui combine une perspective centrale parfaite avec une symétrie remarquable de l’ensemble.


     

    Symétrie Taj Mahal


     

    Dans l’art islamique, les artistes, n’aimant pas la reproduction humaine, sont devenus des maîtres incontestés dans la création de motifs géométriques et floraux intégrés aux tapisseries ou aux mosaïques de carrelages qui ornent les mosquées et les palais.


    Symétrie Mosquée, faïence
     



     

    La musique n’a pas négligé l’aspect symétrique d’une œuvre au cours de l’histoire, mais comme toujours, le procédé est plus subtil à percevoir étant donné l’aspect temporel de cet art. On l’assimile alors non seulement à des formes binaires spéciales qui font plus penser au miroir. C’est le cas de certains canons particuliers (en miroir, rétrogradables) que Jean-Sébastien Bach utilise régulièrement. Parmi les cas les plus spectaculaires figurent certaines petites pièces de l’Offrande musicale BWV 1079 qui valent autant pour leur aspect visuel que pour leur réalisation sonore. Le premier instrument joue la partition normalement de gauche à droite, les huit premières mesures étant constituées du thème que Frédéric II de Prusse aurait proposé à Bach (il n’a jamais été prouvé que le thème complet soit de l’invention du roi, ma ça c’est une autre histoire !). Pendant ce temps, le second joue la même ligne, mais en commençant par la fin et de droite à gauche. C’est ce que l’on nomme un canon à l’écrevisse. Lorsque chacun est arrivé à la fin de sa partie, ils repartent en sens inverse et le canon devient perpétuel, sa fin et son commencement se confondent.


     

    Symétrie Bach, Canon
     


     


     

    Même si la symétrie fait véritablement partie des archétypes esthétiques de l’homme, selon les règles de la nature, force est de constater que ce modèle n’est pas le seul valide. D’autres proportions viennent s’ajouter comme résultat de l’observation pointue du monde comme le modèle ternaire et les rapports de nombre d’or que je détaillerai bientôt.

    Lien permanent Catégories : Arts 3 commentaires