informatique

  • Chœur virtuel



    La musique échapperait aux technologies modernes et à l’essor des possibilités qu’offrent Internet et les contacts en ligne ? Bien sûr que non. Au contraire. Des projets encore inimaginables il y a quelques années se réalisent avec une efficacité qui force l’admiration. Voici un projet de chorale virtuelle. Elle n’existe pas vraiment, mais un compositeur et chef de chœur américain, Eric Whitacre (né en 1970), l’a pensée tellement fort qu’elle s’est réalisée au-delà de ses propres rêves.

    Whitacre Eric.jpg




    Whitacre est un compositeur américain de musique orchestrale, de chant choral et de musique électronique. Il a reçu sa formation musicale lors de ses études à l'Université du Nevada (Las Vegas), où il a étudié la composition avec le compositeur ukrainien d'avant-garde Virko Baley et la direction de chœur. Il débute dans la composition avec son triptyque Ghost Train pour orchestre. Whitacre a décroché ensuite sa maîtrise au sein de la justement célèbre école de musique Juilliard School en étudiant la composition avec John Corigliano et David Diamond.

    Passionné par les nouvelles technologies, rêve d’un chœur qui pourrait chanter sous sa direction par l’intermédiaire de la toile. Eric Whitacre, après un premier projet encourageant, propose "Lux Aurumque" en 2009. Il s’enregistre en train de diriger l’œuvre de sa composition devant un chœur imaginaire, dans le silence le plus total. Il propose parallèlement sur la toile la partition de la musique qu’il dirige et invite des chanteurs de tous horizons à chanter la partie qui correspond à leur voix devant leur webcam et le micro de leur ordinateur. Il parvient ainsi à coordonner tous les chanteurs et la vidéo de "Lux Aurumque", avec un chœur virtuel de 185 voix de 12 pays, est une réussite. Le compositeur l’a lui-même   décrite comme "une expérience musicale encore meilleure qu'attendue". Finalisée, elle a été placée sur You Tube et a été visionnée plus de un million fois pendant les deux mois suivant sa sortie.


     

    Pas mal non...



    Une nouvelle tentative, le projet "Sleep" a débuté en octobre 2010 en invitant les chanteurs et en leur fournissant la partition et la direction. Cette dernière permet l’égalité des tempi, la mise au point des nuances, l’uniformisation des articulations et des respirations, exactement comme dans le cas d’une vraie exécution. Le processus de téléchargement des vidéos des participants a pris fin le 10 janvier 2011. Résultat : 2,051vidéos individuelles ont été reçues en provenance de 58 pays, ce qui représente un nouveau record mondial pour un chœur virtuel en ligne.

    Si on peut rester sceptique quant à l’efficacité d’une mise au point d’un chœur virtuel, il faut admettre que dans le cas de pièces assez simples comme celle-ci, le résultat est bien séduisant. Par contre, on est en droit de penser qu’une version en ligne de la Messe en si mineur de Bach par un chœur virtuel en direct n’est pas pour demain. Un chose essentielle manque pour créer l’unité des voix : la vraie présence physique des êtres humains, ensembles, dans un même local, vibrant ensembles et en interaction dans le geste et l’émotion musicale… Et cela, c’est irremplaçable !

    Lien permanent Catégories : Musique, Sourions un peu! 0 commentaire