jean laurent

  • Jean Laurent

     

    On ne peut pas tout connaître… heureusement ! Au moins cela nous offre la possibilité de découvrir quelque chose de nouveau tous les jours. …Ainsi, il y a quelques semaines, au sein de mes auditeurs de Charleroi, une participante Claire Laurent, m’a amené un enregistrement de son oncle, Jean Laurent, violoniste belge exceptionnel dont je ne savais strictement rien. Je reprends ici la notice biographique rédigée par Jacques De Vriend sur le site consacré au violoniste :

    « Né à Neerpelt, en Belgique, le 7 juin 1909, Jean Laurent vécut dès 1912 à Anvers. C’est dans cette ville qu’il fit ses humanités classiques à l’Athénée royal, et termina, au Conservatoire royal, ses études de musique. Venu à Bruxelles, il y compléta ses études de violon sous la direction du professeur Alfred Dubois, ensuite à Paris avec le professeur Firmin Touche.

     

    jean laurent,violon,belge,musicien

    Jean Laurent en 1957


    Ce seront, pourtant, les années que Jean Laurent passera à Londres auprès de Carl Flesch qui seront décisives pour sa carrière d’instrumentiste et décideront de sa formation de virtuose du violon.

    De retour en Belgique, et après avoir été mobilisé en 1940 comme lieutenant de réserve d’infanterie, il fut nommé, en 1943, professeur de violon au Conservatoire de Gand. Il lui fut confié, six ans plus tard, le cours supérieur de violon au Conservatoire royal d’Anvers.

    Parallèlement à ses fonctions pédagogiques, Jean Laurent jouera avec la pianiste Jenny Solheid et pendant dix-huit ans en étroite et amicale collaboration avec le pianiste Eugène Traey, futur directeur du Conservatoire d’Anvers et plus tard, pendant de longues années, président du jury du concours musical international Reine Elisabeth de Belgique. Les deux artistes se produiront régulièrement tant en Belgique qu’à l’étranger.

    Durant cette même période Jean Laurent exécutera plusieurs concertos pour violon et orchestre. Parmi les compositeurs joués on peut mentionner Beethoven, Max Bruch, Saint-Saëns, Mozart, deux concertos inédits de Pergolèse et Jean-Marie Leclair. Jean Laurent procédera, en outre, à la première exécution de concertos contemporains, celui de Jef Maes en 1951 et le troisième concerto pour violon de Henk Badings, en 1958.

    Au cours de séjours à Lugano Jean Laurent rencontre le claveciniste Luciano Sgrizzi avec qui il donnera des récitals à la Radio tessinoise. En 1958 Jean Laurent se vit offrir la direction d’une classe de vioIon à la Staatliche Hochschule für Musik de Munich, où l’on désirait compter un représentant de l’école belge de violon dans le corps professoral.

    Dès son arrivée à Munich Jean Laurent travaillera en collaboration successive avec les pianistes Hugo Steurer, Hellmut Hideghéti et Magda Rusy. C’est avec Magda Rusy qu’il forma, s’adjoignant d’abord le violoncelliste Wilfried Rehm, ensuite Viktor Weywara le Orlando-Trio, en mémoire du compositeur belge Orlando di Lasso, nommé Maître de la Chapelle de la Cour de Munich.

    jean laurent,violon,belge,musicien

    Le duo Eugène Traey (piano) et jean Laurent (violon), 1941


    En 1961 Jean Laurent enregistra à la Radio bavaroise (BR) le concerto pour violon et orchestre op.35 de Walter Abendroth, avec la Philharmonie de Munich sous la direction de Rudolph Alberth. En 1977 il est apellé à Tokyo où il enseignera pendant une année à titre de «visiting professor» à la National University of Arts and Music, «Geidai».

    Ces quelques notations peuvent marquer les étapes d’une vie de musicien et de pédagogue dont tant d’anciens élèves se souviennent avec reconnaissance. Un musicien dans l’âme qui était un homme de haute culture et un homme au cœur bon. »

    À l’écoute de ce cd inconnu des bacs des disquaires, le moins que l’on puisse dire, c’est que ce Jean Laurent avait une personnalité musicale d’un niveau vraiment supérieur étrangement restée dans l’ombre et qu’il serait temps que l’on puisse vraiment redécouvrir les archives (beaucoup sont en audition libre sur le site qui lui est consacré, cliquez ici pour y accéder) de ce musicien qui fait honneur à notre légendaire art belge du violon.

     

    jean laurent,violon,belge,musicien


    Cinq Sonates de Mozart enregistrées en public sont au programme de cet enregistrement (KV 380, 301, 303, 379 et 296) réalisé avec la pianiste allemande Magda Rusy. … Et quand on connaît l’extraordinaire difficulté du répertoire mozartien, on ne peut que s’émerveiller d’un jeu d’une clarté formidable, d’une respiration et d’un phrasé limpides, d’un timbre toujours expressif. Toutes ces qualités nous rendent évident le langage de Mozart qu’on n’imagine pas autre que celui proposé par nos deux musiciens. Espérons vraiment que les mélomanes pourront bientôt bénéficier pleinement du talent de Jean Laurent… une vraie découverte!

     
    Lien permanent Catégories : Musiciens de chez nous, Musique 0 commentaire