kate

  • Vers la paix…



    Il faut dire qu’il y avait longtemps qu’autant de bonnes nouvelles n’étaient pas parvenues à éclipser le marasme ambiant… Vous l’aurez compris, il s’agit d’un peu d’ironie de ma part pour évoquer les heureux événements de ces derniers jours. Le mariage princier anglais, la béatification de Jean-Paul II, la mort de Oussama Ben Laden, l'ennemi publique numéro un et l'apparente perche politique tendue par Bart De Wever.

    Commençons par le « mariage du siècle », le moment le plus glamour de l’année. Le prince William et la belle roturière (comme aiment le signaler à tout bout de champs les médias) Kate (Catherine, en réalité, mais le « C » suivant le « W » faisait mauvais genre et prêtait à la rigolade) ont ému la planète entière. Il faut dire que les mariages princiers et royaux (beaucoup plus rares encore) ont toujours fait rêver… Surtout que la jeune femme roturière, imaginez qu’un de ses ancêtres était mineur ( !), laisse espérer à tout un chacun un destin royal. Non, une entrée au sein d’une famille royale n'est jamais impossible! Mais au-delà de ces considérations, il fait toujours plaisir de voir des gens qui semblent s’aimer, même s’il aurait été de très mauvais ton de laisser sentir le contraire. Commentaires sur les tenues, paris sur les couleurs, pronostics sur la durée du mariage, retransmissions télévisées partout dans le monde, bouleversant les programmes habituels et engendrant des éditions spéciales… bref un peu de rêve offert gracieusement !


    Mariage princier Photo souvenir.jpg

    Mariage princier, la photo souvenir...




    Gracieusement ? Pour nous, belges, sans doute. Pour le contribuable anglais… nettement moins ! Quand on y pense, … mais le doit-on ?... N’y a-t-il là vraiment rien d’indécent à dépenser des millions d’euros pour un mariage princier ? N’aurait-on pas pu utiliser de telles sommes autrement, pour aider, par exemple, à éradiquer la pauvreté ou à soulager les familles anglaises elles aussi plongées dans la crise économique ? Je sais qu’il s’agit là d’une question très délicate. Je n’ai strictement rien contre les princes, contre les familles royales ou encore moins contre l’amour… simplement je m’interroge. Mais que les esprits chagrins se rassurent… Tout n’est pas perdu… il semble que la vedette de la journée ait été, non pas la belle Kate, mais sa sœur, Pippa dont le cœur reste à prendre et dont la resplendissante beauté en a ému plus d’un. Vous voyez, encore un espoir d’approcher la famille royale anglaise…

    La fête était tout aussi grande et médiatisée au Vatican dimanche. On pouvait mesurer l’impact exceptionnel qu’avait encore le pape polonais Jean-Paul II sur le fidèle catholique. C’est indéniable. Six ans après sa mort, il rassemble encore les foules. Béatification… un belle page de publicité pour une Église qu’on croyait malmenée par les scandales divers… Et bien non, pas ébranlée pour un sou! Il suffisait, pour les journalistes, de laisser trainer leur micro sur la Place Saint-Pierre de Rome pour en avoir la preuve. Jean-Paul II est bien une star… au sens moderne du mot. Un succès que même les plus grandes idoles de monde de la Pop Music n’ont pas réussi à entretenir… Oh il y a bien quelques nostalgiques d’Elvis, des Beatles et de Michael Jackson, mais à ce point… C’est du jamais vu… et pour un pape… c’est inespéré !


    William, Kate, Jean-Paul 2, Ben Laden, Bart De Wever

    La Place Saint-Pierre de Rome, dimanche lors de la cérémonie de béatification de Jean-Paul II (Photo de l'agence Reuters)




    Mais quelles sont donc les raisons d’un tel enthousiasme ? Je me souviens bien d’un très long pontificat, d’un pape voyageur, d'un homme qui remplissait sa mission d’évangélisation du monde avec une énergie et une passion jamais démentie. Je me souviens de cet homme qu'on avait voulu assassiner et qui avait pardonné à son agresseur avec une impressionnante sincérité. Mais pour le reste, cet homme semblait maintenir le dogme catholique dans les visions d'un autre temps. Aucune ouverture sur le monde moderne. Au contraire, une obstination à ne pas admettre les homosexuels, les femmes ayant pratiqué l’avortement, les êtres humains utilisant la contraception, … j’en passe ! C’est non seulement là nier la réalité du monde, mais c’est surtout bien criminel lorsqu’il s’agit de refuser le préservatif au cœur même des épidémies de Sida. C’était pourtant bien lui qui était pape au moment où la terrible maladie faisait ses premiers ravages… On attend d’un pape plus d’humanité et de compassion, plus de tolérance et plus de compréhension du monde.

    William, Kate, Jean-Paul 2, Ben Laden, Bart De Wever

    La nouvelle icone du monde chrétien catholique dévoilée lors de la cérémonie.




    Mais n’est-ce pas l’Église elle-même que s’insurge contre les cultes de la personnalité et contre la vénération des idoles ? « Tu ne te feras pas d'idole, ni rien qui ait la forme de ce qui se trouve au ciel là-haut, sur terre ici-bas ou dans les eaux sous la terre » (Exode, 20.4). C’est pourtant ce qu’on fait avec Jean-Paul II, c’est bien également le propos des « fans » qui se trouvaient à Rome. Écoutez leurs témoignages, ils sont tous remplis de l’adoration de l’idole… J’ai vraiment eu l’impression qu’on parlait d’une vedette du show business… ! Encore un miracle reconnu par l'Église et la béatification pourra se muer en sanctification…

    Et justement, ne s’est-il pas déjà produit, ce miracle tant attendu ? Est-ce que, par hasard, la mort toute récente de Ben Laden ne serait pas l'œuvre du sacré ? Il faut dire que là aussi, c’était inespéré. Bientôt dix ans (tiens, une décennie, presque exactement, un anniversaire important) que les terribles attentats du World Trade Center de New-York ont eu lieu… Des milliers de morts… une des images qui a le plus frappé les êtres humains de ma génération. Un sentiment horrible d’impuissance face à une violence aveugle, une révolte face à la mort d’innocents, comme nous le sommes tous ! Mais surtout, la nouvelle certitude que notre incertitude avait commencé et pour de longues années… Et ce n’est certes pas la mort de Ben Laden qui y changera quelque chose, même si les dirigeants du monde entier veulent affirmer que l'impact sur la sûreté du monde sera important. Voyez comment le récent attentat de Marrakech a pu lui aussi rappeler cette insoutenable  incertitude.

    D’ailleurs, est-on bien sûr qu’il s’agit de Ben Laden ? Il y a eu tant et tant de sosies… Qui a pu faire un test ADN pour en être sûr ?  Et puis, Ben Laden était-il vraiment celui qu’on croit, le chef de cette mouvance terroriste qu’on nomme sous le terme bien flou de « Nébuleuse Al Quaeda » ? Si même il en était le patron, il devait avoir organisé une structure bien assise... et tentaculaire. L’organisation terroriste ne devrait donc pas disparaître avec lui. La rapidité avec laquelle les dirigeants du groupe terroriste ont réagi peut d'ailleurs surprendre. Dès hier matin, ils reconnaissaient la mort de leur « guide spirituel » en affirmant que c'était une catastrophe pour leur organisation... Si les autorités américaines affirment n'avoir diffusé aucunes photos du terroriste, il n'a pas fallu bien longtemps pour qu'une image circule sur internet, laissant courir les idées les plus fantasques.

    William, Kate, Jean-Paul 2, Ben Laden, Bart De Wever

    Observez la similitude entre les deux photos... un faux!




    Elle serait un montage fort peu original, d'ailleurs. Informations et désinformations se succèdent sans qu'on puisse affirmer quoi que ce soit. Certains observateurs ne manquent pas non plus de remarquer que la photo du cadavre, défiguré, aurait très bien pu devenir une icône. En effet, présentée de la sorte, elle évoque un autre supplicié, mort il y a deux mille ans et dont on parle toujours beaucoup... Oui, décidément, cette image est troublante par sa rhétorique. Si le corps du terroriste a été immergé (et pas inhumé comme on le lit dans de nombreux articles: humus, en latin, c'est la terre) dans la mer pour éviter toute sépulture et tout lieu de pèlerinage, la photo  a peut-être le but de choquer l'opinion et de faire de l'homme un martyr de l'impérialisme occidental.

    Mais même là, les déclarations sont mises en doute: « La Grande Mosquée de Paris s'est étonnée lundi des informations diffusées par des télévisions, selon lesquelles la dépouille d'Oussama Ben Laden a été immergée en mer, estimant que "ce serait totalement contraire aux règles sacro-saintes de l'islam". Une source de l'entourage du recteur de la Grande Mosquée, Dalil Boubakeur, s'est déclarée "très surprise" de ces informations, qui "demandent à être vérifiées". Cette source a souligné que, selon la tradition musulmane, "le corps d'un défunt doit d'abord être lavé avec de l'eau savonneuse, puis de l'eau claire et enfin avec de l'eau mêlée de camphre, avant d'être entouré de trois pièces d'étoffe". "L'inhumation se fait en terre, sans cercueil. La dépouille doit être placée parallèlement à La Mecque, la tête du défunt légèrement tournée vers la droite pour que son visage soit tourné vers la Kaaba, le sanctuaire sacré de La Mecque». (RTL Info.be)

    Premier mai bien rempli donc... Si ajoute les tribulations occidentales en Libye, les promesses non tenues au Yemen, les violences terribles en Syrie dont je ne parlerai pas aujourd'hui, les traditionnels meeting politiques de la fête du travail semblent bien dérisoires. Mais même là, dans notre petit pays, il semblerait que les choses puissent enfin bouger. On n'ose le croire et les dernières déclarations de Bart De Wever se rendant tout à coup compte qu'il était temps de former un gouvernement, si elles ne parviennent pas à convaincre l'ensemble de la classe politique, affichent une dynamique qu'on avait oubliée depuis longtemps. Bluff pour préparer de nouvelles revendications? Effet d'annonce pour conserver l'image d'un homme préoccupé par le devenir de la Belgique tout autant que celui de la Flandre? Véritable prise de conscience de l'urgence de la situation à l'approche des échéances de la révision de la cotation de la Belgique au plan économique? Ou encore, tout simplement, changement de cap que le sage doit prendre au moment où, à force de vouloir tout gagner, il risque de tout perdre? L'avenir nous le dira...!


    William, Kate, Jean-Paul 2, Ben Laden, Bart De Wever

    Bart De Wever et Elio Di Rupo, les deux hommes "forts" de la politique belge!




    De tout cela, une seule chose à espérer, c'est que l'humanité prenne bien le chemin de la paix... mais je crois que ce n'est pas gagné!

    Lien permanent Catégories : Actualité 2 commentaires