kayapo

  • Kayapo

     



    Et pendant que nous cherchons comment sortir de nos immenses dettes et préserver notre modèle économique, des drames humains effroyables se jouent aux quatre coins du globe. Loin de moi l’idée de broyer du noir, je pense qu’il faut toujours aller de l’avant, mais parfois le blog peut aussi servir à dénoncer des injustices contre lesquelles nous sommes bien impuissants… Et il y en a. Alors, avant de repartir à nos activités, voici l’un des derniers scandales en date. Il témoigne que l’homme n’a tiré aucune leçon de ce que la Nature lui offre et qu’il continue, et à vive allure, à détruire un environnement précieux et à ignorer des civilisations entières prêtes à disparaître.

    En cause, la construction d’un gigantesque barrage et d’une centrale électrique à Belo Monte en Amazonie. La présidente du Brésil Dilma Roussef vient en effet de donner son accord pour la construction, sur le Rio Xingu, de ce qui devrait être la troisième plus grande centrale hydroélectrique du monde. Bien ! Très bien ! Serions-nous tentés de dire… de l’électricité pour tous ! Et en dépit d’une opposition forte des indiens, des écologistes, de James Cameron, le réalisateur du fameux film « Avatar », de Sting et d’autres personnes influentes, la décision n’a pu être contrée.

    Kayapo, Indiens, Brésil, Amazonie, Barrage

    Dilma Roussef, la Présidente du Brésil.



    Car le problème, c’est que « Selon les chiffres officiels, cet ouvrage, qui doit être terminé en 2019, inondera une zone de 500 km2 dans l'ouest de l'Etat amazonien du Para, et requerra le déplacement de 16.000 personnes » (AFP, 12 mars 2012). Et tous ces gens qu’il va falloir « exproprier », ce sont, entre autres ces indiens Kayapo. Autant dire que déraciner ce peuple qui vit près du fleuve depuis des millénaires, c’est le condamner à court terme à la disparition. Sur l’image ci-dessous, le chef de la tribu, Raoni, toujours coiffé de ses plumes jaunes et noires et avec son disque de bois dans la lèvre ne pourra pas cacher longtemps sa désillusion.

    Kayapo, Indiens, Brésil, Amazonie, Barrage



    Mais avec ces travaux et ces nouvelles infrastructures, ce ne sont pas que les hommes qui devront partir et mourir, ce seront aussi des arbres, une déforestation très importante va avoir lieu, des plantes, une faune particulière dont on estime que de nombreuses espèces vont tout simplement disparaitre, bref, tout un écosystème détruit… pour un profit… financier ! Car nul doute que ce soit bien là le but ultime de toutes ces manœuvres.

     

    Kayapo, Indiens, Brésil, Amazonie, Barrage




    Décidément, la souffrance des peuples et l’état de notre planète n’a aucune valeur lorsque le profit de quelques actionnaires est à portée de main ! Zut, zut et encore zut ! C’était le coup de gueule de la semaine ! Lisez plus d'informations sur le sujet en suivant ce lien:

    http://terresacree.org/forevieg.htm

     

     

     

    Kayapo, Indiens, Brésil, Amazonie, Barrage





     

    Lien permanent Catégories : Actualité 1 commentaire