larmes

  • DSCH



    Le prochain concert de l’U3A, qui se déroulera le mercredi 20 février à 18H figurera sans doute parmi les grands moments de la saison. Le Quatuor féminin « String 4Ever », composé de Elena Lavrenov et Frédérique Bozzato (violons), Vanessa Baldacci(alto) et Nancy Tormo Sanchez (violoncelle) viendra nous interpréter l’une des œuvres les plus exceptionnelles de Dmitri Chostakovitch, le Huitième Quatuor à cordes.

    chostakovitch,dsch,quatuor n°8,dresde,larmes,requiem



    Ce quatuor, composé alors que le compositeur avait été envoyé à Dresde en 1960 pour composer la musique de film « Cinq jours, cinq nuits », est officiellement dédié aux victimes du fascisme et de la guerre. La vision des ruines de la ville, qui n’avait pas encore été reconstruite, avait ramené à Chostakovitch les horribles visions de la Seconde Guerre mondiale qui avaient éprouvé le monde dans son entièreté. C’est dire le caractère sombre de l’œuvre.

    chostakovitch,dsch,quatuor n°8,dresde,larmes,requiem



    Mais dans une lettre à son ami Isaak Glikman, Chostakovitch précise, avec une certaine ironie, le propos de l’œuvre d’une toute autre manière : « J’ai composé le Huitième Quatuor qui ne peut être d’aucune utilité pour personne et qui a manqué son coup pour ce qui est de son idée. Je me suis dit qu’après ma mort, personne sans doute ne composerait d’œuvre à ma mémoire. J’ai donc résolu d’en composer une moi-même. On pourrait écrire sur la couverture : « À la mémoire du compositeur de ce quatuor ». Son premier thème est formé des notes DSCH٭, c'est-à-dire mes initiales (D. Sch). Je reprends dans ce quatuor des thèmes d’autres œuvres personnelles ainsi que le chant révolutionnaire « Torturé dans une cruelle captivité ». Voici mes thèmes, ils sont tirés de la Première Symphonie, de la Huitième Symphonie, du Trio, du Concerto pour violoncelle, de Lady Macbeth. On trouve des allusions à Wagner (Marche funèbre du crépuscule des dieux) et à Tchaïkovski (deuxième thème de la Sixième Symphonie), sans oublier ma Dixième Symphonie. Bref, un joli méli-mélo. Le caractère pseudo-tragique de ce quatuor vient de ce qu’en composant, j’ai répandu autant de larmes que je répands d’urine après une demi-douzaine de bières ».

    chostakovitch,dsch,quatuor n°8,dresde,larmes,requiem



    Vous l’aurez compris… voilà une œuvre profondément personnelle et, malgré l’ironie, vraiment tragique. Je commenterai cette œuvre, son contexte, ses thèmes, ses structures et ses messages lors de la première partie de la séance avec le concours de nos musiciennes qui interpréteront ensuit le chef-d’œuvre. À ne manquer sous aucun prétexte ! Je vous y attends nombreux !

    Renseignements complémentaires:

    Adresse du jour : 1, rue Joseph Prévers (classe 11, sous-sol) 4020 Liège
    Editeur responsable : Jean-Marc Onkelinx
    Courriel : jean-marc.onkelinx@skynet.be
    Blog : http://jmomusique.skynetblogs.be


    ٭En langue allemande, le nom du compositeur s’écrit D. Schostakowitsch. Par ailleurs, toujours dans cette langue, les lettres DSCH correspondent à des notes D= Ré, (e)S= Mib, C= do et H= Si.

    Lien permanent Catégories : Concerts U3A, Musique 0 commentaire