lenepveu

  • Chagall au plafond

     

    L’art de Marc Chagall (1887-1985) a été profondément musical. Parmi ses réalisations les plus spectaculaires et bouleversantes, se trouve le magnifique plafond de l’Opéra Garnier à Paris. C’est le ministre des Affaires culturelles français, le fameux André Malraux, qui confiait, en 1962, les travaux de remplacement de l’ancien plafond à Chagall.

    Chagall, Plafond de l'Opéra Garnier, 1964.png

    Le plafond d'origine n'a pas été détruit. La fresque inaugurée en septembre 1964 recouvre la vaste toile de facture classique datée de 1872 intitulée « Les muses et les heures du jour et de la nuit », d'un grand prix de Rome, aujourd’hui peu connu, Jules-Eugène Lenepveu (1819-1898).

    Lenepveu, ancien plafond de l'Opéra Garnier (1872).jpg

    Un superbe petit livre d’Ambre Gauthier, consacré à Chagall et la Musique (Gallimard, 2015) montre les différentes étapes.

    Chagall et la Musique livre.png

    Après avoir réalisé, pendant près d’un an, une cinquantaine d’esquisses dans des techniques différentes, afin de mesurer et tester l’équilibre des couleurs, les rapports entre les « harmonies et les dissonances ». Une fois la maquette réalisée, Chagall peint les 24 parties de l’ouvrage sur des pièces séparées en atelier. Ce sont des toiles sur support de plastique. Ce n’est qu’ensuite que le tout est assemblé au hangar de Meudon avant d’être fixées sur l’ancien plafond.

    Chagall, Parties assemblées en atelier.jpg

    « Le décor du plafond imaginé par Chagall rend hommage aux grands compositeurs qui ont nourri son art et qui ont été joués à l’Opéra de Paris. L’espace du plafond est organisé en cinq compartiments, chacun porté par une tonalité différente.

    Chagall, Plafond de l'Opéra Garnier, 1964 b.jpg

    Le bleu est attribué à Modest Moussorgski (Boris Godounov) et à Wolfgang Amadeus Mozart (La Flûte enchantée) ; le vert à Richard Wagner (Tristan und Isolde) et à Berlioz (Roméo et Juliette) ; le blanc, à Jean-Philippe Rameau associé, au palais Garnier et à Claude Debussy (Pelléas et Mélisande) ; le jaune est associé à Piotr Illich Tchaïkovski (Le Lac des Cygnes) et à Adolphe Adam (Giselle) ; le rouge correspond à Maurice Ravel et à Igor Stravinski, avec Daphnis et Chloé ainsi que l’Oiseau de feu. Sur l’anneau intérieur sont présents Ludwig van Beethoven (Fidelio), Christph Wilibald Gluck (Orphée et Eurydice), Georges Bizet (Carmen) et Giuseppe Verdi (La Traviata). » Ambre Gauthier

    Chagall, Plafond de l'Opéra Garnier, Bleu Boris.jpg

    La partie bleue, Moussorgski (Boris) et Mozart (Flûte)

    L’artiste exprimait par ces mots, le 23 septembre 1964, le jour de l’inauguration, son projet esthétique : « J’ai voulu, en haut, tel dans un miroir, refléter en un bouquet les rêves, les créations des acteurs, des musiciens ; me souvenir qu’en bas s’agitent des habits des spectateurs. Chanter comme un oiseau, sans théorie ni méthode. Rendre hommage aux grands compositeurs d’opéras et de ballets ».

    Lien permanent Catégories : Arts, Musique 0 commentaire