linz

  • La ville acoustique (2)

     

    C’est dans le cadre de cette rencontre sur la Charte de Linz 2009 (voir message d’hier) que mon intervention orale dans le débat était orientée vers un pédagogique du bruit. Puisqu’il s’agit de lutter contre le stress des bruits ambiants, je proposais une démarche musicale orientée sur l’apprentissage de l’écoute des rumeurs de la ville non pas en tant que nuisance, mais en tant que « musique » (en étant bien conscient que cela ne peut s’appliquer que dans certains cas où les nuisances ne dépassent pas le seuil de la douleur, comme près des aéroports, par exemple). Partant du constat que ce qui trouble bien souvent l’auditeur et le met mal à l’aise réside dans la manière dont les événements sonores se présentent à lui dans leur répartition dans le temps, je faisais la comparaison avec des musiques très écoutées et appréciées par les auditeurs « moyens » (pas de référence péjorative dans le terme « moyen » !). On écoute facilement des musiques prévisibles, au cours desquels, les mélodies en annoncent d’autres, où les harmonies ne sont pas trop tendues, ou la dynamique n’est pas trop extrême et où l’orchestration reste « classique ». Cela s’applique non seulement à des classiques comme Vivaldi et une grande part des baroques, mais aussi, par exemple à de nombreuses chansons du domaine de la variété. 

    Par contre, ce qui perturbe l’auditeur, ce ont les musiques accidentées, celles qui l’empêchent de percevoir le temps comme un continuum confortable. Entrent alors en ligne de compte des œuvres mal aimées car mal comprises, une grande part des œuvres contemporaines dont le segment de temps qu’elles utilisent est mis à rude épreuve. Il en va de même pour les bruits de la ville. Outre le fond sonore continu, les événements qui se déroulent sous nos oreilles semblent aléatoires et imprévisibles. Ils génèrent donc un stress qui peut devenir vraiment pathologique. Ne croyez pas que fais l’amalgame entre la musique contemporaine et les bruits, ce n’est pas de cela qu’il s’agit. Cependant, si, depuis la plus tendre enfance, on habituait les enfants, par des moyens pédagogiques simples, à percevoir d’autres manières de concevoir le temps et les phénomènes sonores qui s’y greffent, on les amènerait, j’en suis sur, vers une meilleure perception de la musique de la musique contemporaine.


     

     bruit en ville



    C’est bien sur un travail de fond qui prendrait des années et demanderait des formations spécifiques pour les instituteurs (dont la formation musicale n’est pas satisfaisante) et les professeurs de musique (qui privilégient surtout, quand ils en ont les moyens, les musiques classiques). Mais pourquoi ne pas commencer par un simple exercice d’écoute, facile à réaliser et pratiquement gratuit ? Installez-vous par une belle journée dans un endroit de la ville qui comporte beaucoup de passage (motorisé et piéton), une zone commerciale, par exemple. A Liège, la Place Saint Lambert ou les abords de la nouvelle Gare des Guillemins devraient convenir à l’expérience. Pour s’y préparer, il faut expliquer aux participants que le bruit et son déroulement aléatoire peut révéler des richesses sonores insoupçonnables, qu’il suffit de fermer les yeux et …d’écouter ! Le monde sonore de la ville n’est pas que nuisances ! Et d’ailleurs, il me semble que la notion de nuisance est toute relative. Elle intervient lorsqu’on nous impose des sons que nous ne désirons pas entendre et à des moments inappropriés.


     

    Bruit, sommeil
     


    Vous me rétorquerez que les bruits de la ville nous sont toujours imposés. Mais dans le même état d’esprit, la musique nous l’est souvent également. Elle peut donc, elle aussi, se ranger au rang des nuisances. C’est donc, à mon sens, l’approche du son qu’il faut revoir de fond en comble. 

    Après avoir réalisé votre expérience quelques fois et pris conscience que la rumeur de la ville contient de nombreuses richesses insoupçonnées, revenez chez vous et écoutez une œuvre comme Amériques de Varèse ou la fameuse Pacific 231 d’Honegger si vous étiez près d’une gare  en faisant le parallèle avec votre vécu citadin. Incroyable ! On y découvre, dans une remarquable stylisation orchestrale, une bonne part des éléments entendus dans la ville. 

    Mais faites aussi l’expérience inverse, rendez-vous à la campagne, là où l’on dit qu’il fait calme. Ecoutez ! Le calme et le silence n’existe pas là non plus, même si les sons perçus sont d’un bien autre ordre. Le chant des oiseaux, les cris d’animaux, le vent dans les arbres et malheureusement, trop souvent, les bruits lointains de la circulation. Rendez-vous compte que les événements sonores bucoliques sont tout autant aléatoires que ceux de la ville. Ils sont juste d’une autre nature. Pourtant, ceux-ci, ils sont apaisants, dit-on. Ce n’est que subjectif et tout le monde connaît les nuisances des chiens qui aboient ou des coqs qui chantent à trois heures d matin, pour ne pas citer les chants d’oiseaux qui sortent des bras de Morphée de nombreuses personnes tous les jours du printemps. Non, les bruits de la nature ne sont pas systématiquement bénéfiques pour l’home non plus. Tout dépend de la réceptivité que l’on en a et de l’intention qui nous anime vis à vis d’eux. 

    Là aussi, une fois rentrés chez vous, vous pourrez écouter d’une nouvelle manière des œuvres d’Olivier Messiaen (Catalogue d’oiseaux, Quatuor pour la fin du Temps, Turangalila, …) qui mettent en œuvre des chants d’oiseaux.  

    Cependant, mon propos ne vise pas à affirmer que la musique contemporaine n’utilise que des bruits puisés dans nos milieux acoustiques, loin de là, mais la manière d’envisager des lignes temporelles plus accidentées, comportant des événements sonores asymétriques peuvent donner à l’auditeur le sentiment d’une succession aléatoire de sons (ce qu’elle n’est pas toujours en réalité, loin s’en faut). 

    Apprendre à vivre avec tous ces sons me semble bien plus important que tenter de les supprimer (cela est en fait tout à fait impossible tant à la ville qu’à la campagne). Mais bon sang, quand cesserons-nous de nous considérer comme des victimes (même si nous sommes nous-mêmes les victimes de nos comportements et de notre mode de vie !) ?


     

    ruhepol_central_en

    Centre de repos anti bruit à Linz



     

    S’il est irréfutable que nous devions veiller à limiter les nuisances de toutes sortes, il nous faut également agir de manière positive. L’éducation et l’apprentissage, en nous faisant prendre conscience de nos environnements, peut nous permettre, sans trop de frais et avec le respect de chacun, d’apprivoiser notre univers sonore et en détourner les méfaits au profit d’une approche plus constructive et plus artistique. La Charte de Linz a le mérite d’attirer l’attention sur un aspect trop souvent négligé de notre existence, mais les solutions qu’elle propose sont démesurées par rapport à ce que nous pouvons raisonnablement entreprendre actuellement et surtout par rapport à notre patrimoine, à nos infrastructures et à nos modèles de société. Je ne crois pas qu’il suffise de créer des zones de non bruit pour apaiser les gens du poids de notre civilisation. L’idéal serait une révision complète de tout notre mode de vie, c’est, je crois une vaste utopie que de croire en sa réalisation à court et à moyen terme et un snobisme que de le pointer comme une nécessité absolue.

    Lien permanent Catégories : Musique 0 commentaire