messie

  • Le Messie

    À l'approche de Noël, il nous revient souvent l'envie de revoir nos classiques. Et parmi de nombreux incontournables comme l'Oratorio de Noël de Bach, Le Messie de Haendel mérite d'être connu un peu plus que par son fameux « Alléluia ». J'espère, par ce billet, vous donner l'envie de le réécouter un peu plus en détail.

    Les trois grands compositeurs nés en 1685 (J-S. Bach, G-F. Haendel et D. Scarlatti) ont, chacun à sa manière, opéré une synthèse de l’art baroque et annoncé la nouvelle ère musicale qui allait amener le classicisme. Leur destin, radicalement opposé, ont cependant en commun la réalisation de fresques religieuses importantes. Il est cependant paradoxal que la réputation de Haendel se fonde, aujourd’hui encore, sur les grands oratorios, le Messie en tête, alors que sa production d’opéras est immense et cruciale dans le développement du genre.

     

    Haendel_spip.jpg





    Si Haendel semblait destiné à vivre en maître de chapelle comme beaucoup de ses contemporains, sa découverte du monde de la scène à Hambourg en 1705 va changer radicalement son optique musicale. Après le voyage en Italie, il maîtrise les techniques du bel canto et se lance à la conquête de… Londres. L'Angleterre souffrait d’un manque flagrant de compositeurs importants depuis Purcell mais le pays était sans doute l’un des plus actifs en matière de concerts et d’opéras. Plus tard, Haydn y trouvera également le succès et le bonheur. La carrière de Haendel est fulgurante. Surfant sur la vague du succès, il devient l’un des personnages les plus en vue de Londres, obtient le poste envié de directeur de la prestigieuse Royal Academy of Music et est courtisé par les castrats qui désirent participer à ses créations.

    En avril 1737, Haendel est foudroyé par une attaque de paralysie. Il se rend en cure à Aix La Chapelle où il se rétablit de façon quasi miraculeuse. Dans les années 1739-40, s’installent une certaine lassitude de son public et une inspiration mois fructueuse dans son art. De plus, de nombreuses cabbales sont menées contre lui. Pourtant, bientôt, il reçoit de Charles Jennens un livret d’oratorio tiré des textes bibliques des prophètes, de l’Evangile de Saint Luc et des Lettres de Saint Paul annonçant l’arrivée du Messie, le mystère de sa naissance, sa mort, sa résurrection ainsi qu’une méditation sur la rédemption. En vingt jours, Haendel écrit l’œuvre qui lui apportera la postérité renouant avec une inspiration formidable. L’œuvre sera jouée à Dublin avec un succès immense devant 700 personnes. Pour gagner de la place dans la salle, le port de la robe à panier pour les femmes et l’épée pour les hommes furent interdits… !

    Haendel Messie autographe.jpg

    Partition autographe du Messie.



    En mars 1743 lors de la création britannique du Messie, une cabale de dévots rejette l'œuvre en s'appuyant sur l'idée que la fresque semble grandiloquente à certains, et trop éloignée du recueillement ou du demi-silence qu'exigerait la vraie prière. Depuis ce premier concert, le succès de l’œuvre ne s’est pas démenti. Le célèbre « Alléluia » fait désormais partie du hit parade de la musique classique.

    On peut pourtant se demander les raisons d’une telle postérité. En effet, l’œuvre ne comporte pas d’action au vrai sens du terme. Il n’y a pas de personnage puisque tous les textes annoncent et commentent de l’extérieur les fondements de la foi chrétienne. Même le Christ n’est pas présent. Il est cependant l’objet de toutes les attentions et les méditations. Mais voilà, malgré cette absence d’action, le livret est d’une rare cohérence et propose au compositeur toutes les ressources de l’écriture ancienne et moderne.

    Divisé en trois parties, l’oratorio médite d’abord sur l’annonce de la venue du sauveur et son incarnation. Une grande ouverture sert de portique d’entrée. Suivent alors des séquences qui alternent récitatifs, airs de solistes et chœurs dans une progression dramatique intense. Haendel parvient à combiner le style de l’opéra italien, virtuose et ornementé avec des chœurs simples, facilement mémorisables. Parfois, il démontre sa perfection technique par des fugues à vous donner le vertige. Il intègre au centre de cette première partie les épisodes de Noël avec le superbe chœur (For Unto Us A Child is Born) qui précède la pastorale (Pifa) orchestrale sommet de cet épisode. Comme dans les arts baroques, tout semble en mouvement. Les techniques du geste, le clair obscur (la lumière semble sortir du sujet lui-même) et l’architecture sonore y contribuent largement.

     

    Haendel Maison à Londres.jpg

    La maison de Haendel à Londres.



    La deuxième partie est beaucoup plus sombre et semble se rapprocher des Passions luthériennes de Bach. Récitatifs non accompagnés (secs), chœurs agités ou douloureux, airs de grande émotion dans laquelle la virtuosité est au service d’une rhétorique du mot et de l’angoisse évoquent, sans le vouloir, la fameuse Descente de Croix de Rubens. La fin de l’épisode transforme la douleur en gloire par le Christ triomphant de la résurrection. La dernière section, plus courte, est une méditation sur la rédemption. La musique se fait tantôt impalpable, tantôt joyeuse. C’est ici que se dévoile le message ultime du Messie et de sa venue sur cette terre.

    Faisant écho à l’ouverture et à l’Alléluia qui clôt la deuxième partie, un Amen extraordinaire de contrepoint et de rhétorique positive referme ces deux heures de musique exceptionnelle. Le succès réside, je crois, dans la synthèse de l’art baroque que réalise ici Haendel en usant de toutes les techniques musicales mises à sa disposition. Pourtant, ce n’est pas le seul motif de son succès. Le Messie dépasse les époques car il met non seulement en œuvre les fondements de la morale chrétienne encore largement en vigueur aujourd’hui, mais aussi la sincérité d’un homme qui retrouve là une inspiration sans doute plus fondamentale que dans l’opéra. Laissons conclure le compositeur qui disait que les textes de la Bible étaient pour lui les mots de tous les jours qu’il prononce avec aisance. Il eut, dit-il « l’impression de voir tout le Ciel ouvert devant lui, et le Dieu Tout-puissant lui-même ». Pourquoi le contredire ?

    Lien permanent Catégories : Musique 0 commentaire