milhaud

  • La Joie de la Musique!

     

    Dans le tourbillon des cours et conférences de la semaine dernière, je n’ai pas encore eu le temps de mettre en ligne un petit commentaire sur le superbe concert que l’ensemble Octocorde et Harold Noben ont offert aux mélomanes de l’U3A. Moment d’autant plus apprécié que leur programme faisait la part belle au plaisir absolu et aux émotions de la musique.

    octocorde,sofia constantinidis,maritsa ney,harold noben,milhaud,chostakovitch,piazzolla,gardel,trio,violons,piano,u3a,concerts de l'u3a

    Photo Armand Mafit.

    En effet, le répertoire, comme la manière de l’interpréter s’accordait magnifiquement bien au voyage, à l’évasion, ce dont chacun avait bien besoin dans le sombre contexte actuel.

    octocorde,sofia constantinidis,maritsa ney,harold noben,milhaud,chostakovitch,piazzolla,gardel,trio,violons,piano,u3a,concerts de l'u3a

    octocorde,sofia constantinidis,maritsa ney,harold noben,milhaud,chostakovitch,piazzolla,gardel,trio,violons,piano,u3a,concerts de l'u3a

    Photos Armand Mafit.

    Faut-il encore le dire ? Nos trois musiciens sont exceptionnels et vivent la musique comme une nécessité absolue, faite des urgences de l’émotion et du posé des techniques. Un moment qui, assurément restera dans les mémoires.

    octocorde,sofia constantinidis,maritsa ney,harold noben,milhaud,chostakovitch,piazzolla,gardel,trio,violons,piano,u3a,concerts de l'u3a

    octocorde,sofia constantinidis,maritsa ney,harold noben,milhaud,chostakovitch,piazzolla,gardel,trio,violons,piano,u3a,concerts de l'u3a

    Photos Armand Mafit.

    D’abord, nos musiciens nous proposaient une rare sonate pour deux violons et piano en trois mouvements de Darius Milhaud (1892-1974). Composée en 1914, elle témoigne des premiers grands émois du compositeur face à la musique française du passé et du présent. La concentration de la pensée musicale n’empêche pas de déceler ce qui sera, toute sa vie durant, une des caractéristique du compositeur, l’expression d’un discours aisé et spontané. On trouve, dans la variété rythmique de cette musique, toute l’influence que la création récente du Sacre du Printemps, en 1913, avait initiée chez le compositeur et la complexité de l’harmonie et du contrepoint, finalement assez proche d’un Claude Debussy qui « se souviendrait » de César Franck.

    octocorde,sofia constantinidis,maritsa ney,harold noben,milhaud,chostakovitch,piazzolla,gardel,trio,violons,piano,u3a,concerts de l'u3a

    Photo Jean Cadet.

    D’emblée, l’équilibre est parfait. Sofia Constantinidis et Maritsa Ney dialoguent tantôt tendrement, tantôt passionnément avec le piano d’Harold Noben, dont la partie, très ardue et dense ne couvre jamais ses partenaires. Superbe et belle découverte ! Une oeuvre qui mériterait largement de figurer au programme des concerts plus souvent.

    octocorde,sofia constantinidis,maritsa ney,harold noben,milhaud,chostakovitch,piazzolla,gardel,trio,violons,piano,u3a,concerts de l'u3a

    Sofia Constantinidis

    octocorde,sofia constantinidis,maritsa ney,harold noben,milhaud,chostakovitch,piazzolla,gardel,trio,violons,piano,u3a,concerts de l'u3a

    Maritsa Ney

    Photos Armand Mafit.

    Cinq pièces pour deux violons et piano de Dmitri Chostakovitch constituent le second ensemble de pièces de la soirée. Il s’agit en fait de cinq petites partitions extraites des nombreuses musiques de film du compositeur soviétique arrangées de manière magistrale par Lev Atovmyan. Un Prélude, une Gavotte, une Élégie, une Valse et une Polka… de quoi décliner toutes les émotions de Chostakovitch, tout en restant dans un registre assez léger. Mais chacune de ces pièces a un caractère marqué qui oscille entre la tendresse, la mélancolie, la nostalgie, la danse vive et l’humour. Un vrai régal !

    octocorde,sofia constantinidis,maritsa ney,harold noben,milhaud,chostakovitch,piazzolla,gardel,trio,violons,piano,u3a,concerts de l'u3a

    Photo Jean Cadet.

    La soirée se poursuivait par une pièce toute récente composée par Harold Noben lui-même. Sa carrière de compositeur, en plein essor, est formidablement prometteuse et la pièce au titre énigmatique, « 23H12 », qu’il nous proposait, écrite spécialement pour Octocorde, méritait bien quelques explications. Avec beaucoup de tendresse et de simplicité, Harold explique que cette heure là à littéralement changé sa vie… et celle de son épouse, la pianiste Nadia Jradia, puisque c’est l’heure de la naissance de leur petite Juliette, premier enfant du couple. Sa musique s’articule donc tout naturellement en deux parties… avant et après ! Dans un langage musical très expressif, à la frontière des genres, Harold nous offre là l’attente, l’agitation, la joie… et peut-être un peu, parfois, d’une petite nostalgie d’un temps jadis plus calme… La pièce est riche et on aimerait, elle aussi la réentendre… message envoyé !

    octocorde,sofia constantinidis,maritsa ney,harold noben,milhaud,chostakovitch,piazzolla,gardel,trio,violons,piano,u3a,concerts de l'u3a

    Photo Armand Mafit.

    Quelques tangos d’Astor Piazzolla, dont le célèbre Libertango, refermaient ce concert avec toute la chaleur, l’emportement mais aussi l’extraordinaire émotion qui semble révéler à l’Homme les gouffres de l’âme. Moment suprême d’émotion et de joie mélangées, hommage magnifique à la vie qui continue malgré le monde, joie du partage de la musique et sensualité des mélodies, des timbres et des harmonies…

    octocorde,sofia constantinidis,maritsa ney,harold noben,milhaud,chostakovitch,piazzolla,gardel,trio,violons,piano,u3a,concerts de l'u3a

    Photo Armand Mafit.

    Le public est ravi et crie sa joie. La générosité des artistes a fait mouche. C’est un triomphe mérité. Un tango de Carlos Gardel clôt cette formidable soirée. Deux mots encore, bravo et surtout merci… vous revenez quand vous voulez !

    Lien permanent Catégories : Concerts U3A 0 commentaire