mission

  • De belles vacances !

     

    L’affaire fait grand bruit en Belgique et même à l’étranger. Des parlementaires wallons sont partis en voyage (officiellement en mission) aux USA pendant onze jours avec leurs épouses alors que les journées de travail sur place se limitaient à trois jours. Résultat, une somme de 80 000 euros dépensée pour ce séjour d’agrément lentement rythmé par quelques sessions de travail aux frais … des contribuables.

     

    Je suis bien sur le premier à être choqué par le manque de clairvoyance de nos élus, par leur hypocrisie (ne pas rencontrer la presse et les manifestants à leur retour) et leur flagrant sans-gêne face à ceux qu’ils sont censés diriger, c'est-à-dire nous ! La presse a voulu mettre en évidence que ce comportement, impliquant des politiciens de plusieurs horizons (comme je ne fais pas de politique, je ne les cite même pas !) était indécent … en temps de crise. On met en rapport les licenciements dans la sidérurgie liégeoise et la difficile situation de nombreux belges avec cette débauche de luxe sur le compte des citoyens. C’est tout simplement scandaleux que des responsables agissent de la sorte et il serait grand temps que le monde politique écarte une bonne fois pour toutes ces brebis galleuses qui pourrissent le climat social et politique de la Belgique et ternissent son image à l’étranger.

     

    Mais d’autre part, la pratique est courante et les beaux voyages, semi cadeaux, semi affaires, ont toujours été d’actualité. Ce n’est pas d’aujourd’hui que nos politiciens, ministres en représentation, famille royale, hommes d’affaires partent en délégation pour représenter notre pays à l’étranger. Rappelez-vous les factures exorbitantes d’un certain ministre aux jeux olympiques de Pékin… ! Et puis il y a tous les voyages que la presse ne mentionne pas et n’a jamais relaté ou cautionne parfois. Mais dans ce cas précis, un parfum de scandale régnait bien avant leur départ. La pratique de ces missions de représentation est certes fort importante pour la diffusion de nos qualités à l’étranger et pour concrétiser des contrats dont la portée économique est essentielle pour nos régions.

     

    Alors ne jouons pas systématiquement un jeu hypocrite à notre tour… en refusant de croire que tous et toutes font pareil, quel que soit leur bord. Dans la situation difficile que nous vivons, on est à l’affût de tout dérapage, de toute une structure de dysfonctionnements qui existent depuis toujours. S’en offusquer aujourd’hui me paraît stupide parce que nous savons tous cela depuis toujours. Je ris encore du journaliste français couvrant l’événement et déclarant que son reportage était utile pour que ses compatriotes prennent conscience que nul pays n’est à l’abri de ce genre de scandale… comme s’il n’y en avait jamais eu en France … ! Alors quelle hypocrisie, cette presse à scandale qui cherche l’audience et la sensation de révolte auprès des citoyens, comme si elle venait de découvrir quelque chose de nouveau… !

     

    Ces voyages seront toujours aux frais du contribuable, comment en serait-il autrement ? Mais ce qu’il faut absolument promouvoir, c’est un changement profond de la mentalité politicienne. D’abord il faut que ces voyages soient acceptés après examen approfondi de l’intérêt qu’ils représentent pour la communauté. Ensuite, qu’ils soient limités aux vraies sessions de travail et non assimilables à des vacances. Il serait aussi utile que leur budget soit adapté au strict minimum, les suppléments éventuels pris en charge par les chargés de mission eux-mêmes. Mais enfin, il faudrait surtout que la mentalité change vraiment au niveau des politiciens eux-mêmes. S’ils ne comprennent plus que 80 000 euros représentent plusieurs années de travail pour un ouvrier ou un employé, ils ne sont plus capables de nous gouverner.

    Lien permanent Catégories : Actualité 2 commentaires