poisson

  • L’ictusophone

    La découverte risque de remettre en question la connaissance que nous avons de la musique très ancienne. Des archéologues syriens viennent de mettre à jour les  restes d’instruments de musique jusqu’alors inconnus. Il s’agit probablement d’instruments mixtes munis à la fois de cordes (dont on ne sait pas encore si elles étaient pincées à l’aide des doigts ou frottées par un archet) et d’un tube percé de trous qui suppose qu’on y insuffle de l’air.



    archéologie en Syrie


     

    Les premières datations semblent indiquer que ces instruments furent fabriqués dans les premiers siècles de l’ère chrétienne. Ils constituent une famille complète allant du tout petit instrument, aigu (pas plus de 15 cm de longueur) au plus grand et donc plus grave qui mesure…1m10. Entre ces deux extrêmes, au moins quatre longueurs différentes conduisent les organologues (spécialistes des instruments de musique) à considérer qu’ils devaient être joués en formation orchestrale comme cela se faisait au XVIème et XVIIème siècles en Angleterre pour les « Consorts of Viols ».



    Consort of Viols


     

    Ce nouveau type d’instruments hybrides a été nommé l’Ictusophone par les archéologues. En effet, sa forme de « sardine » prolongée par un petit manche probablement muni de trois cordes rappelle la forme de l’animal, pour le reste très prisé dans la gastronomie locale.



    Sardines


    Il pourrait remettre en cause les techniques de récitation et de déclamation des textes sacrés et profanes considérés jusqu’ici comme « a capella ». Cela supposerait aussi qu’une polyphonie, voir une harmonie existerait dans les traditions musicales très anciennes du Proche-Orient. A défaut de manuscrit témoignant des usages de l’époque, les musicologues en sont réduits à des hypothèses que l’avenir confirmera ou infirmera…A suivre !

     

     

     

    « La tradition du poisson d’avril, qui consiste en un canular que l’on fait le premier avril, trouverait son origine en France en 1564. Jusqu’alors, l’année aurait commencé au premier avril, mais le roi de France Charles IX décida, par l’édit de Roussillon, que l’année débuterait désormais le premier janvier, marque du rallongement des journées, au lieu de fin mars, arrivée du printemps. Mais en fait, l’année civile n’a jamais débuté au début avril. Si l’origine exacte de l’utilisation des poissons reste obscure (peut-être l’Ictus chrétien), la légende veut que plusieurs de ses sujets se rebiffèrent à l’idée qu’on chamboulât le calendrier et ils continuèrent à célébrer les environs du premier avril. Pour se payer leur tête, des congénères profitèrent de l’occasion pour leur remettre de faux cadeaux et leur jouer des tours. Ainsi naquit le poisson, le poisson d’avril, le jour des fous, le jour de ceux qui n’acceptent pas la réalité ou la voient autrement. Plusieurs usages semblent s’être en fait mélangés avec celui du carnaval. » Wikipédia.



    poisson-d-avril

     


    L’origine mystérieuse du symbole du poisson pourrait être en rapport avec la sortie du signe zodiacal des Poissons, dernier signe de l’hiver. Il pourrait aussi vouloir prolonger le Carême, où il n’était permis de manger que du poisson. Il pourrait encore être en liaison avec la farce faite au benêt en lui offrant du poisson à une époque de l’année, celle du frai, où la pêche est interdite.Encore très pratiquée dans nos régions (attendez-vous à quelque information saugrenue aujourd’hui), la tradition veut que les enfants accrochent dans le dos de leurs parents ou professeurs un poisson en papier sans qu’ils s’en aperçoivent.

     

    Alors, honnêtement, vous y avez cru à mon ictusophone… ?

    Lien permanent Catégories : Sourions un peu! 1 commentaire