renier

  • Attention talent !



    Le Concert de l’U3A qui aura lieu mercredi 21 novembre à 18H dans la Salle 11 à l’Université du troisième âge de Liège s’annonce d’ores et déjà exceptionnel. Nous recevrons un duo de charme, les deux jeunes musiciennes Vinciane Vinckenbosch au violon et Maud Renier au piano qui nous interpréteront un programme d’un très haut niveau. Il faut dire que l’une et l’autre sont d’un extraordinaire niveau, qu’elles étudient désormais avec les plus grands professeurs européens, et qu’elles figurent, vous l’aurez compris, parmi les plus grands espoirs belges au sein de la nouvelle génération de musiciens. C’est donc un véritable honneur pour nous de les accueillir dans notre modeste salle.

    Un programme, je vous le disais, d’une grande difficulté, certes, mais pas uniquement par la complexité technique des œuvres abordées. Aborder au cours d’un même récital Beethoven, Brahms et Ravel nous révèlera, j’en suis sûr, la fraicheur, la maturité et la virtuosité de Vinciane et Maud.

    vinckenbosch,renier,beethoven,brahms,ravel,piano,violon,u3a,musique à l'u3a,concert



    Pour commencer, la Cinquième Sonate pour violon et piano de Beethoven, le « Printemps », nous donnera, en ce mois de novembre où l’automne a pris le dessus, toute la verve et la renaissance et l’éclosion d’un nouveau monde, le printemps. Il faut dire que l’œuvre date de la jeunesse du compositeur et que si son propos est déjà le reflet d’une méditation sur la Nature et l’Être, il n’est pas encore accablé par tous les soucis de santé et les sombres réflexions qu’on lui connaîtra bientôt. Nous sommes en 1801 et Beethoven réutilise des esquisses des années 1795 prévues pour une autre œuvre. Un an avant le fameux Testament de Heiligenstadt, sa musique semble encore détendue. Même si on ressent l’ébullition formidable de son tempérament (Sonate n°8 « Pathétique », par exemple), qui dépasse et de loin le « Sturm und Drang » des classiques, ses sources sont alors encore celles de son maître Haydn et de Mozart.

    vinckenbosch,renier,beethoven,brahms,ravel,piano,violon,u3a,musique à l'u3a,concert

    Vinciane Vinckenbosch



    Autre propos avec la Troisième Sonate en ré mineur opus 108 de Johannes Brahms, beaucoup plus automnales par sa tonalité et son esprit. Composée entre 1878 et 1887, elle est dédiée au chef d'orchestre et ami du compositeur Hans von Bulow. Elle fut créée à Budapest par Jenő Hubay (un violoniste un peu oublié aujourd’hui, mais dont le label discographique Hyperion a publié plusieurs de ses concertos) et Brahms lui-même au piano le 22 décembre 1888. Contrairement aux deux autres sonates pour violon et piano de Brahms, elle comporte quatre mouvements d’une densité exceptionnelle. Tout Brahms se trouve résumé dans ce grand poème de plus de vingt minutes. Ce n’est pas un hasard si l’œuvre figure parmi les plus redoutables pièces du répertoire. La maturité musicale qu’elle exige oblige les musiciens à effacer une virtuosité trop démonstrative au profit d’un véritable contenu expressif tout en demi-teintes.

    vinckenbosch,renier,beethoven,brahms,ravel,piano,violon,u3a,musique à l'u3a,concert

    Maud Renier



    Autre chef d’œuvre du répertoire violonistique, mais d’un tout autre genre, même si parfois chez Brahms on peut entendre des évocations des sonorités des tziganes de hongrie, ensuite avec le célèbre Tzigane de Maurice Ravel composé en 1924 pendant le travail sur L’Enfant et les Sortilèges. Pièce redoutée des solistes pour sa difficulté, elle exploite toutes les formes de la virtuosité violonistique depuis les longs passages en solo aux doubles cordes en passant par les glissandi, les pizzicati rapides ou les sons harmoniques particulièrement diaboliques. L’œuvre se présente sous la forme libre de la rhapsodie à la manière de Liszt et Paganini. Pourtant, au-delà de sa virtuosité apparente, elle propose une émotion ambiguë. Entre grincement ironique et sonorités séductrices, le Tzigane, sous ses sonorités populaires qui évoquent certaines musique d’Europe centrale, envisage tous les styles du jeu du violon. Dompter cette pièce, c’est être libre face à l’instrument et ses contraintes techniques.

    Je vous attends très nombreux pour ce fabuleux récital dont on se souviendra longtemps, j’en suis convaincu !

    Lien permanent Catégories : Concerts U3A 0 commentaire