scala

  • Humeur … !

     

    Le moins que l'on puisse dire, c'est que cela commence à bien faire ! Je ne me mêle que rarement de politique, je ne suis pas qualifié pour cela et mes opinions n'ont que peu d'importance au regard de chacun. Mais je suis un citoyen comme les autres et je ne peux m'empêcher de pester contre le poison qui, de plus en plus souvent, anéanti le paysage belge non seulement du point de vue de ceux qui vivent en Belgique, mais aussi de ceux qui observent le théâtre de notre plat pays depuis l'étranger. Je ne vous cache pas ma honte et mon amertume en constatant que cette petite nation de 11 millions d'habitant, pionnière dans l'élaboration de la Communauté Européenne l'un des plus riches de l'Union européenne, est prêt à éclater en raison de conflits communautaires. 

    Et pourtant, nos hommes et femmes politiques ne sont jamais les derniers à faire la leçon à l'étranger en condamnant à tour de bras des pays qui sombrent dans le chaos ou qui ne sont pas « fréquentables ». Bravo mesdames et messieurs pour votre sens de la morale. N'est-il tout simplement pas indécent de jouer ainsi avec les vrais enjeux du pays, de les mettre en danger pour satisfaire l'ego de certains qui ne veulent pas perdre la face ? N'est-il pas honteux d'ainsi attiser la haine entre les belges et de favoriser les thèses de l'extrême droite ? Toutes ces questions, je me les pose avec insistance ces derniers jours. Mais certains diront que je raisonne de manière angélique comme beaucoup de francophones. Pas du tout !


    Belgique



     

    Au contraire même. Je rejoins les flamands lorsqu'ils réclament le respect de leur langue et de leur culture. C'est un minimum. Ils ont le droit, comme nous, d'ailleurs, de vivre leur culture sans en rendre compte aux francophones. Il me semble tout à fait naturel qu'un francophone désirant s'établir en Flandre apprenne le néerlandais. C'est le minimum vital pour s'intégrer dans une société. Celui qui en refuse les principes est lui-même un extrémiste. Combien de fois n'ai-je pas entendu, en Wallonie, des commentaires concernant l'étranger ne parlant pas bien la langue française. Qu'en dit-on ? On déclare qu'il ne s'intègre pas, qu'il met en danger l'équilibre social. Mais c'est exactement la même chose lorsqu'un wallon s'installe en Flandre et vice versa. Il n'est pas obligatoire que toute la Belgique soit bilingue, même si cela devrait être un idéal à poursuivre. S'intégrer, voilà tout et c'est l'essentiel. Oui je défends le droit des flamands à exiger que dans les régions néerlandophones le néerlandais soit la langue officielle. 

    Mais ce n'est pas si simple que cela. Il y a le fameux B.H.V (arrondissement électoral de Bruxelles, Hal, Vilvoorde) dont le statut est complexe et m'échappe dans ses finesses. Puisque de nombreuses communes sont situées sur le territoire flamand, ces derniers exigent qu'ils réintègrent la Flandre et ne soient plus bilingues. Le hic, c'est que bon nombre de ces communes sont habitées par des francophones en majorité et qu'ils peuvent voter pour des candidats francophones grâce à leur statut spécial. Le « combat » que mènent les flamands consiste à récupérer ces communes comme uniquement flamandes tandis que les wallons prennent l'excuse de la majorité francophone pour refuser le principe. Et c'est, semble-t-il, incurable, le problème date de plus de trente ans ! Je me suis toujours demandé pourquoi on n'avait jamais proposé de rendre tout l'ancien Brabant, qu'il soit wallon ou flamand, y compris la ville de Bruxelles (capitale de l'Europe, s'il vous plait), complètement quadrilingue. Les frontières linguistiques seraient donc déterminées par l'ancienne province et les trois langues nationales y seraient représentées dans tous les documents officiels, administrations, ... plus l'anglais qui est la langue internationale, capitale de l'Europe oblige, le tout financé par les trois communautés et l'Europe et puis c'est fini, on n'en parle plus !


     

    Belgique, Provinces



     

    Mais c'est sans doute trop simple, simpliste même, j'en suis conscient. Des enjeux financiers importants entrent en jeu et de grandes gueules politiques y ont trouvé de quoi racoler une base électorale nationaliste. Mais un sentiment de nationalisme, cela se cultive. Ce sont des événements minimes qui s'accumulent par le relais des politiques (qui représentent, en principe, le peuple) et les médias (qui, en principe, l'informent) et qui exacerbent les sentiments d'une population manipulée. Ecoutez les propos de chacun. C'est toujours la faute de l'autre. Nombrilisme complètement réactionnaire ! Le raccourci qui annonce que le flamand est nationaliste et que le wallon est paresseux est bien mince, mais tellement répandu au sein de la population. Alors, tout ce qu'on entend, et c'est à la mode, c'est qu'il faut « prendre ses responsabilités ». Mais ces dernières ne sont jamais définies. Cela ne veut rien dire, sauf lorsque l'Open VLD les prend, effectivement, en quittant le gouvernement faisant du coup sombrer toute la tête de l'Etat belge sur un propos qui ne concerne qu'une minorité de belges. « Prendre ses responsabilités » devient donc irresponsable. Preuve que la langue de bois est bien d'actualité. Et celle-là, francophones et flamands savent la parler ! Tiens, elle pourrait peut-être devenir la langue principale de la Belgique, je n'y avais jamais pensé...


     

    belgique



     

    Alors que les belges tentent de sortir de la crise, que les faillites n'ont jamais été aussi nombreuses et que le chômage explose comme partout en occident, ces messieurs n'hésitent pas à faire tomber le gouvernement pour des raisons tellement éloignées de l'essentiel. Ce n'est rien, bientôt, nous prendrons la présidence de l'Union européenne. Sans doute trouvera-t-on encore un compromis à la belge pour faire semblant de rien ... mais quelle image pour la Belgique dans son ensemble. Quelle image que de laisser chanter les fascistes leur hymne odieux à la Chambre en brandissant leur salut nazi sans que personne ni les huissiers, ni la police militaire, ne les expulse ! Honte sur cette partie de la Belgique qui montre l'exemple le plus exécrable qui soit ! Je ne vous cache pas que la vision et l'audition de cette manifestation m'a fait vraiment froid dans le dos et a ramené à ma mémoire des documents historiques que je croyais, dans notre pays, appartenir à un passé révolu. 

    Il est vraiment temps, s'il l'est encore (mais je suis un optimiste par nature), que tout le monde reprenne ses esprits pour que la Belgique reste l'un des pays du monde où il fait bon vivre dans le respect mutuel et la richesse de la diversité culturelle. Je voyais, jeudi en fin de soirée, un documentaire sur la chorale de jeunes filles flamandes, Scala, et sa prestation aux Francofolies de Spa avec un concert consacré aux arrangements des chansons du wallon Pierre Rapsat, disparu il y a bien longtemps déjà. Echanges Nord-Sud, comme on dit chez nous poliment, certes, mais un vrai symbole d'unité, de tolérance et de respect à travers l'art. Chapeau ! Des initiatives comme celle-là renforcent la complicité entre nous et le sentiment d'être belge. Ecoutez les paroles de la chanson titrée "Tous les rêves". Nous sommes sûrs alors que cela représente encore quelque chose de tangible. Cela m'a tiré les larmes des yeux ...

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Actualité 3 commentaires