silence

  • Le Silence

     

     

    sibelius,silence,univers,mort,symphonie,ainola,vieillesse,compositeur

    Jean Sibelius

     

     

    « Je regarde encore une fois le court film muet montrant Sibelius à Ainola, à la fin de sa vie. Il se promène dans son jardin. Le très vieil homme est debout devant nous. Soudain son regard rencontre le soleil : il est d’une extraordinaire intensité. Il paraît traversé par le temps. C’est le regard d’un homme qui va bientôt entrer dans ce gouffre de lumière où la musique prend les dimensions de l’univers.

     

    À partir de 3'04"...

     

    On dirait que le temps lui-même nous regarde. 

     

     

     

    Puis j’écoute sa musique, plus elle me semble mystérieuse, moins elle me parle de l’homme que fut Sibelius. Ce n’est pas seulement là le mystère propre à tout œuvre ; c’en est l’obscur noyau, le socle granitique, ce par quoi le mystère se dérobe à lui-même, de façon éclatante, dans l’œuvre. Le mystère, dès lors, comme silencieux dévoilement d’un secret qui est au cœur de l’œuvre et qui, semblable au corps mort, est rendu à l’élémentaire, au légendaire, dans la splendeur obscure de l’échec. »

     

    sibelius,silence,univers,mort,symphonie,ainola,vieillesse,compositeur

     

    Richard Millet, Sibelius, les cygnes et le silence, Paris, Gallimard, nrf, 2014, p.129.

     

    Lien permanent Catégories : Citations, Musique 0 commentaire