strings 4ever

  • Strings 4ever



    Quatre magnifiques jeunes femmes, un quatuor à cordes… Un nom qui, tout en évoquant les quatre cordes des instruments du quatuor, déchaine l’imagination… voilà de quoi surprendre ! Surtout lorsqu’au programme se trouve l’une des œuvres les plus sombres et les plus tragiques de tout le répertoire, le Huitième Quatuor à cordes de Dmitri Chostakovitch.

    u3a,chostakovitch,strings 4ever,quatuor,concert



    Le public s’était déplacé nombreux pour ce concert exceptionnel. J’avais craint un instant que le froid glacial ne soit un concurrent impitoyable, il n’en fut rien. Succès de foule, mais surtout succès musical. On connaissait déjà le talent remarquable d’Elena Lavrenov (violon 1) et de Nancy Tormo Sanchez (violoncelle) qui s’étaient déjà produites lors de nos concerts. Mais c’était sans compter sur Frédérique Bozzato (violon 2) et Vanessa Baldacci (alto), deux formidables musiciennes, qui complètent le quatuor avec une rare pertinence. On sentait, dans l’agencement de la formation, une véritable complicité et une efficacité musicale à toute épreuve.

    u3a,chostakovitch,strings 4ever,quatuor,concert



    Et quelle interprétation bouleversante ! Quel sens du tragique ! Difficile d’exprimer avec des mots ce qui s’est passé lors du concert. Déjà au moment de la présentation, chacune de musicienne avait répondu avec une pertinence et une efficacité redoutable à l’exercice difficile du concert commenté. Finalement, il n’est pas dans l’habitude des musiciens de jouer, devant un public attentif, l’illustration musicale d’un commentaire. Il s’agit de les arrêter tout le temps, de les faire reprendre tel passage, de les disséquer dans la construction de la musique, bref, de faire tout sauf ce qu’ils font d’habitude… jouer une pièce du début à la fin.

    u3a,chostakovitch,strings 4ever,quatuor,concert

    Elèna Lavrenov



    Et à ce jeu-là, nos musiciennes furent irréprochables, en se prêtant au jeu avec une redoutable efficacité et une sympathie qui a fait mouche dans l’assistance. J’avais bien pressenti, lors du raccord précédant la séance que nous aurions quelque chose d’exceptionnel. Je ne m’étais pas trompé. Dès que la présentation fut terminée, le quatuor prit la direction des opérations avec une extraordinaire maîtrise technique, certes, mais surtout avec une intensité expressive rarement entendue.

    u3a,chostakovitch,strings 4ever,quatuor,concert

    Frédérique Bozzato



    Chaque tempo, chaque phrase, chaque émotion, chaque mélodie (et Dieu sait s’il y en a des quantités), qu’elle soit ironique, désespérée ou profondément mélancolique, chaque évocation des fameuses initiales du compositeur, DSCH, sortaient tantôt comme un cri, tantôt comme un soupir, tantôt encore avec le désespoir. Tout y était désormais clair : Dies Irae, motifs du destin et thème des initiales fusionnaient avec une exceptionnelle force.

    u3a,chostakovitch,strings 4ever,quatuor,concert

    Vanessa Baldacci

     



    … Et le thème juif qui surgit dans le trio du scherzo… quelle énergie du désespoir ! Comment ne pas penser à cette phrase du poète Evgeni Evtouchenko reprise par Chostakovitch lui-même dans sa Treizième symphonie, Babi Yar : « Je n’ai pas de sang juif dans mes veines, mais que je sois considéré comme juif jusqu’à ce que le dernier antisémite ait disparu ».

    u3a,chostakovitch,strings 4ever,quatuor,concert

    Nancy Tormo Sanchez



    Je pourrais réécrire le commentaire, mais là n’est pas mon but. Ce qui ressort de ce concert, c’est une émotion hors du commun, de celle qui tire de vraies larmes, de celles qui nous rappelle avec force que le message de Chostakovitch est loin d’être obsolète, qu’il dénonce toute forme de terreur, de racisme, de persécution et de discrimination. En jouant ainsi cette musique, le Quatuor Strings 4ever nous offre non seulement un moment de musique unique, mais nous rappelle l’actualité d’un monde qui, finalement, a bien besoin d’un devoir de mémoire. En sortant de la salle, chacun avait le sentiment d’avoir compris, d’être un tant soit peu meilleur… Et pour cela, on ne les remerciera jamais assez… !

    u3a,chostakovitch,strings 4ever,quatuor,concert

    u3a,chostakovitch,strings 4ever,quatuor,concert

     





    Lien permanent Catégories : Concerts U3A 0 commentaire