turner

  • La Lorelei

     La Lorelei

    Je ne sais pas ce que cela signifie
    Que je sois aussi triste ;
    Un conte des temps anciens
    Ne me sort pas de l’esprit.

    Le vent est froid, et il fait sombre
    Et calmement coule le Rhin
    Le sommet des montagnes étincelle
    Dans la lumière du soleil au crépuscule.

    La plus belle jeune fille est assise
    Là-haut merveilleusement
    Ses bijoux d’or brillent,
    Elle peigne ses cheveux d’or.

    Elle les coiffe avec un peigne d’or
    Et chante une chanson en même temps
    Qui est une merveilleuse,
    Puissante mélodie.

    Ce chant saisit le batelier sur son esquif
    Avec une violence sauvage
    Il ne voit pas le récif
    Il regarde seulement là-haut, dans les hauteurs.

    Je crois que les vagues engloutissent
    À la fin le marin et la bateau
    Et cela avec son chant
    La Lorelei l’a fait.

    Heinrich Heine, 1823.

     

     

    lorelei,schumann,liszt,heine

    William Turner, La Lorelei

     

    lorelei,schumann,liszt,heine

     

    lorelei,schumann,liszt,heine

     

    File:Loreley 400x300.jpg

     

    Franz Liszt, Die Lorelei dans une version avec orchestre.

      

    Robert Schumann, Die Lorelei

     

    Clara Wieck/Schumann, Die Lorelei

     

    Alfredo Catalani, Amor, celeste ebrezza, tiré de Loreley

    Lien permanent Catégories : Correspondances 0 commentaire