wallons

  • La Marche des Wallons



    L’Orchestre philharmonique royal de Liège sous la direction de son directeur musical Christian Arming donnait en « bis » du très beau concert offert pour la Fête de la Musique à la Salle philharmonique de Liège hier après-midi une marche de Joseph Strauss fort peu connue, intitulée Wallonen-Marsch opus 41... une Marche des Wallons !

    Ce n’était pas la première fois que je devais présenter cette pièce mystérieuse puisque lors du concert d’inauguration de la Gare des Guillemins en 2009, l’orchestre l’avait déjà jouée. Intrigué, j’avais trouvé très peu d’informations à son sujet et mon commentaire avait été réduit au maximum. Depuis, j’ai pu trouver pourquoi, diable, un Strauss avait écrit cette marche qui fait allusion aux wallons.

    Strauss, OPRL, Christian Arming, Joseph Strauss, Wallons

    Joseph Strauss



    Joseph Strauss (1827-1870) le plus jeune frère du Roi de la valse, Johann Strauss II, celui du Beau Danube bleu, a lui aussi composé un nombre considérable de valses, de polkas et de marches. Pourtant, son père avait décidé qu’il ferait carrière dans l’armée des Habsbourg. Il fit donc des études d’ingénieur et travailla pour la ville de Vienne. On dit même qu’il inventa un véhicule tiré par des chevaux qui nettoyait les rues de la ville !

    Mais comme tout membre de la famille Strauss, il avait également reçu une solide formation musicale et avait appris le violon à un haut niveau. Il possédait de nombreux talents de musicien, de peintre, de poète, de dramaturge, de compositeur. Il finit tout naturellement par rejoindre l’orchestre familial en 1850. Il remplaça même quelques temps son frère Johann, malade, à la direction de l’orchestre en 1853. On lui doit plus de deux-cent cinquante œuvres !

    Strauss, OPRL, Christian Arming, Joseph Strauss, Wallons

    L'arbre généalogique de la dynastie Strauss



    La Marche des Wallons a été jouée pour la première fois le 21 juillet 1857, jour de la fête nationale belge, dans des jardins viennois devant une foule immense. Un feu d’artifice agrémentait son interprétation. Les réjouissances rendaient effectivement hommage à la princesse Charlotte de Belgique, quatrième enfant du premier roi des belges Léopold Ier. En effet, celle-ci allait, quelques jours plus tard, le 27 juillet, épouser Ferdinand-Maximilien d’Autriche, un Habsbourg. Joseph Strauss avait donc voulu mettre à l’honneur la partie de la population belge qui parlait le français, comme la famille royale, … ce qu’il considérait comme les Wallons.

    On sait que notre pays actuel est bien plus complexe que cela et que francophone ou belge qui parle le français n’est pas synonyme de Wallon, loin s’en faut. Mais c’était au XIXème siècle et nous ne pouvons pas tenir rigueur à Strauss de cette confusion qui, aujourd’hui, créerait sans doute un incident diplomatique… Même un siècle et demi plus tard et quand on est belge… cela reste très compliqué.



    Alors ne boudons pas notre plaisir… et voyons comme un heureux présage qu’un viennois, Christian Arming, vienne, en tant que directeur musical du seul orchestre symphonique wallon diriger à Liège la Marche des Wallons de son compatriote… viennois… avec un succès immense ! L’histoire est parfois bien surprenante et heureuse !

    Lien permanent Catégories : Musique, Sourions un peu! 1 commentaire