willcocks

  • Poussière d'étoiles...




    Ô mort, poussière d'étoiles,
    Lève-toi sous mes pas!
    Viens, ô douce vague qui brilles
    Dans les ténèbres;
    Emporte-moi dans ton néant
    Viens, souffle sombre où je vacille,
    Comme une flamme ivre de vent!
    C'est en toi que je veux m'éteindre,
    M'éteindre et me dissoudre,
    Mort où mon âme aspire!
    Dieu fort qu'elle attend
    Avec des chants et des rires d'amour.

    Viens, brise-moi comme une fleur d'écume,
    Une fleur de soleil à la cime
    Des eaux,
    Que la nuit effeuille, que l'ombre efface,
    Et que l'espace épanouit.

    Et comme d'une amphore d'or
    Un vin de flamme et d'arome divin,
    Epanche mon âme
    En ton abîme, pour qu'elle embaume
    La terre sombre et le souffle des morts.

    Charles van Lerberghe (1861-1907)

     

    willcocks,van lerberghe,poésie,guitare,fauré,mélodie


    Charles Van Lerberghe, né à Gand le 21 octobre 1861 et mort à Bruxelles le 26 octobre 1907, est un poète et écrivain symboliste belge francophone. Charles Van Lerberghe provenait d'une famille bourgeoise de Gand. Son œuvre la plus connue est La Chanson d'Ève (1904). Dix poèmes ont été mis en musique dans un cycle de mélodies op.95 par Gabriel Fauré et six poèmes par Paul Lacombe édités chez Hayet en 1909.



    Allan Willcocks (1869-1956), Prélude n°6 tiré des 12 Préludes miniatures pour guitare, 1932,

     

    willcocks,van lerberghe,poésie,guitare,fauré,mélodie

    Laurence GARNESSON, Ô mort, poussière d'étoiles, LA CHANSON D'EVE, monotypes (année 2001 - 2002)

     

    La Chanson d’Ève, cycle de mélodies sur des poèmes de Charles Van Lerberghe Op. 95 (1906-10)
    Nº 10 Ô Mort, poussière d’étoiles

    Lien permanent Catégories : Correspondances 0 commentaire